Leblanc se dit prêt à graduer chez les pros

Camp

Louis Leblanc devra patienter un peu avant de livrer des matchs avec contact au camp des recrues du Canadien. Il se remet d’une opération à l’épaule gauche. © Martin Chevalier


Pierre Durocher

Dernière mise à jour: 13-09-2011 | 08h18

Les amateurs qui se sont déplacés hier après-midi à Brossard afin d’assister à l’ouverture du camp des recrues du Canadien n’ont pu voir à l’oeuvre Louis Leblanc lors du match simulé qui clôturait la journée.

Aussi sur Canoe.ca

C’est que, voyez-vous, le premier choix de l’équipe au repêchage de 2009 est toujours en attente de recevoir le feu vert des médecins afin de participer aux exercices avec contact.

Opéré à l’épaule gauche par l’éminent chirurgien James Andrews il y a quatre mois et demi, Leblanc doit se contenter de patiner avec les 30 autres joueurs recrues du Tricolore.

« On m’avait parlé d’une période de convalescence entre quatre et six mois pour ce genre d’opération et tout se déroule normalement, a assuré Leblanc. Je suis même en avance dans mon programme de réadaptation.

« Je me sens rétabli à 100 pour cent. Je n’ai aucune douleur à l’épaule. L’équipe préfère toutefois ne courir aucun risque. Je dois donc me montrer patient. »

Leblanc a fait savoir qu’il n’ira consulter le docteur Andrews en Floride que dans environ deux semaines, afin d’obtenir l’assurance que son épaule est parfaitement guérie.

Il espère pouvoir participer à un match préparatoire du Canadien vers la fin du camp d’entraînement, avant de se rapporter aux Bulldogs de Hamilton.

Les rangs juniors, c’est fini

Leblanc a été bien clair avec les représentants des médias: il n’est pas question pour lui de retourner dans les rangs juniors. On sait que ses droits ont été échangés aux Cataractes de Shawinigan.

« J’ai appris ce que j’avais à apprendre dans les rangs juniors, a-t-il tranché. J’ai bien aimé mon expérience avec le Junior de Montréal. J’ai pu, notamment, profiter des conseils d’un entraîneur comme Pascal Vincent. Le moment est cependant venu pour moi de faire le saut chez les professionnels. »

Leblanc n’a pas encore reçu l’assurance de la part des dirigeants du Canadien que son stage junior est bel et bien terminé.

« Je veux poursuivre mon apprentissage dans la Ligue américaine, où les joueurs sont plus gros, plus rapides et plus âgés, a-t-il dit. Je pourrai compter sur les conseils d’un autre très bon entraîneur en Clément Jodoin. »

Un peu plus lourd

Le joueur de centre de 20 ans, qui a récolté 26 buts et 32 mentions d’aide en 51 matchs la saison dernière avec le Junior, a travaillé fort durant l’été afin de renforcer ses jambes et d’améliorer son coup de patin.

« C’est toujours la même chose, je dois améliorer ma force physique, a précisé l’athlète de six pieds, 184 livres. J’ai gagné cinq livres au cours de l’été en suivant le programme préparé par Pierre Allard. Je ne suis plus explosif sur mes patins. »

Leblanc a participé durant quelques semaines à du jeu simulé en compagnie de plusieurs vétérans joueurs de l’équipe, mais les contacts étaient plutôt limités.

Beaulieu sur un nuage

Le défenseur Nathan Beaulieu, premier choix du Canadien au dernier repêchage, a démontré ses talents lors du match intra-équipe hier à Brossard.

« Je me suis amusé comme un fou, a raconté le joueur étoile des Sea Dogs de Saint- John. C’est si agréable de se retrouver ici. » Beaulieu, un Ontarien, s’est entraîné au cours de l’été en compagnie de Jarred Tinordi (premier choix du Canadien en 2010).

« Je veux créer une bonne première impression, question de démontrer aux dirigeants de l’équipe qu’ils ont fait le bon choix en me repêchant en première ronde », a déclaré celui qui montre une belle assurance pour un joueur de 18 ans.

Tinordi progresse

Tinordi, de son côté, a indiqué qu’il veut profiter des prochaines semaines pour « démontrer à l’équipe que je me suis passablement amélioré la saison dernière avec les Knights de London. J’ai notamment pu développer ma force de caractère. »

Le défenseur de six pieds et six pouces, 215 livres, a récolté un but et 13 mentions d’assistance en 63 rencontres, tout en écopant de 140 minutes de pénalité.


Vidéos

Photos