Martin attend plus des jeunes

Canadiens

Jacques Martin estime que les jeunes joueurs de sa formation, comme David Desharnais, ont bien fait l’année dernière. Par conséquent, il s’attend à ce qu’ils en donnent plus cette année. © Archives


Marc de Foy

ROCKLAND, Ontario | De quoi parle-t-on avec Jacques Martin au milieu de juillet? De la prochaine saison du Canadien, voyons!

Aussi sur Canoe.ca
À LIRE ÉGALEMENT:
Qui remplacera Muller?

L'entraîneur du Tricolore était en belle forme et tout sourire lors du tournoi de golf portant son nom qui se tenait hier au club de golf Rockland, situé à proximité de son patelin natal de Saint-Pascal-Baylon, en Ontario.

Évidemment, Martin s'est montré optimiste en vue de la prochaine campagne, mais vous devinerez qu'il ne s'est pas aventuré à parler de Coupe Stanley.

Le Soleil avait beau taper fort, le vieux routier avait tout le contrôle de ses facultés... Comme toujours !

Des jeunes en progression

Interrogé à savoir si le Canadien lui semblait supérieur à la saison dernière, Martin a fourni plusieurs indices laissant entendre qu'il penche de ce côté.

«Les équipes changent toujours un peu d'une année à l'autre, mais c'est important d'assurer une continuité», a-t-il dit.

«Notre équipe pourrait être meilleure si nos jeunes s'améliorent. Ceux qui se sont greffés à notre équipe la saison dernière se sont améliorés et on a toutes les raisons de croire qu'ils vont poursuivre leur progression.»

«P. K. Subban en sera à sa deuxième saison. Yannick Weber a gagné de l'expérience. Lars Eller, David Desharnais et Max Pacioretty ont bien fait. On s'attend à ce que tous ces jeunes nous en donnent plus cette année.»

«Il faut ajouter aussi les noms de Ryan White, d'Alexei Emelin et de Rafael Diaz. On pense que la compétition va être bonne.»

«Si l'équipe demeure en santé, on pourrait connaître une bonne saison.»

Martin a fait allusion à cet aspect à quelques reprises dans son analyse.

Lui, comme ses homologues et les joueurs, a beau dire durant le cours d'une saison qu'il faut composer avec les blessures, il n'en reste pas moins qu'il est difficile, pour ne pas dire impossible, de rem-placer ses meilleurs joueurs.

Ce n'est pas une excuse, c'est une réalité. Les Penguins de Pittsburgh en savent quelque chose.

Le Canadien a procédé à l'acquisition de trois défenseurs, en l'occurrence James Wisniewski, Paul Mara et Brent Sopel pour combler les pertes d'Andrei Markov et de Josh Gorges.

À cet égard, Martin estime que le retour de Markov et Gorges va compenser les départs de Roman Hamrlik et Wisniewski.

L'importance d'avoir trois bons trios offensifs

Bien sûr, il se réjouit de l'arrivée d'Erik Cole, la grosse prise de l'été de son directeur général Pierre Gauthier.

«Le plus important, c'est qu'il apporte de la robustesse, un peu comme Max Pacioretty», a dit Martin.

«C'est un gros bonhomme capable d'aller au filet, de terminer ses mises en échec et de jouer avec de bons joueurs.»

«De plus, c'est un homme qui a de bonnes valeurs. C'est une très belle acquisition pour notre organisation.»

Martin voit la venue de Cole comme un atout supplémentaire dans son jeu.

«Ça nous procurera une plus grande flexibilité dans la composition de nos trios.»

«Pour gagner, il faut trois bons trios productifs. On l'a vu avec les Bruins dans les séries. Leur troisième trio nous a fait mal.»

La troisième ligne d'attaque des Bruins était formée de Chris Kelly, acquis des Sénateurs d'Ottawa avant la date limite des transactions, Rich Peverley, obtenu des Thrashers d'Atlanta, et Michael Ryder, qui s'est joint depuis aux Stars de Dallas à titre de joueur autonome.

Félicitations aux Bruins

En bon entraîneur qu'il est, Martin a suivi le cheminement des Bruins jusqu'au bout.

«Les séries de la coupe Stanley sont un défi chaque année», a-t-il continué.

«Les Bruins for ment une bonne équipe. On a peut-être sous-estimé leur profondeur.»

«Les séries, c'est aussi un marathon. Il faut rester en santé pour aller loin. Ça fait partie du défi. Les Canucks ont été éprouvés sur ce plan, mais ça n'enlève rien aux Bruins.»

«C'est une équipe bien rodée qui a bien travaillé dans les séries. J'ai félicité Claude Julien quand je l'ai vu lors de la séance de repêchage au Minnesota.»

L'Omnium Jacques-Martin/J. R. Brisson a recueilli des contributions totalisant plus de 1,7 million $ au fil des ans. Ses principaux bénéficiaires sont la Fondation de la Cité collégiale (bourses d'études), la Maison de Roger (foyer pour enfants malades nommé en mémoire du regretté Roger Neilson) et la Fondation Roger Séguin (centre pour personnes âgées).


Vidéos

Photos