«Je m'attends à plus de Scott» - Jacques Martin

Canadiens

L’entraîneur Jacques Martin mise énormément sur la vitesse de Scott Gomez. © Agence QMI


Denis Poissant

Dernière mise à jour: 09-11-2010 | 08h49

L’entraîneur Jacques Martin a encore joué au Cube Rubik avec ses trios, et espère, cette fois, avoir trouvé les bonnes combinaisons de couleurs pour relancer une offensive incapable de faire scintiller la lumière rouge avec régularité.

Brian Gionta et Scott Gomez sont toujours séparés, et ce dernier, ce soir, face aux Canucks, aura Maxim Lapierre et Andrei Kostitsyn comme compagnons de trio.

«C’est une belle opportunité pour moi ; je vais faire de mon mieux pour la saisir», confiait Lapierre, au terme de l’entraînement, hier.

«Je dois garder le même style, me porter au filet, utiliser ma vitesse et exercer de la pression en échec-avant.»

Les trois membres de cette nouvelle unité en arrachent ces temps-ci. Gomez (aucun point dans les huit der niers matchs) et Lapierre (aucun dans les dix derniers) totalisent seulement cinq points ensemble ; Kostitsyn, lui, après un début de saison explosif, a été blanchi de la feuille de pointage lors des cinq dernières rencontres.

Renverser la vapeur

C’est l’occasion ou jamais pour les trois joueurs de renverser la vapeur, face à l’une des puissances de la LNH.

«Je m’attends à plus de Scott, confie Martin. Il le sait, nous en avons discuté ensemble. Je crois qu’il a joué du meilleur hockey, samedi. C’est le type de joueur qui est à son mieux lorsqu’il utilise sa vitesse. Quand il est immobile, il est moins efficace.»

«Et Kostitsyn a quand même eu beaucoup de succès, il y a deux ans, sur le flanc gauche, en compagnie d’Alex Kovalev et Tomas Plekanec. C’est une opportunité pour lui de jouer avec Gomez.»

Gionta, lui, sera aux côtés de Plekanec et Michael Cammalleri.

«On tente de trouver de bonnes combinaisons, dit Martin. Parfois, il faut essayer de changer des choses pour relancer l’équipe. On ne parle pas de changements majeurs, non plus. Cammalleri et Plekanec sont toujours ensemble.»

Le trio «Ph.D.» de Jeff Halpern, Mathieu Darche et Benoit Pouliot, le plus stable et menaçant ces jours-ci, est le seul qui demeure intact.

Travis Moen, Lars Eller et Tom Pyatt formeront la quatrième unité.

«Un excellent test»

Pas besoin de chercher midi à quatorze heures pour identifier les problèmes de l’équipe, qui n’a qu’une seule victoire à ses quatre derniers matchs ; le Canadien n’a marqué que six buts durant cette période.

À l’entraînement, hier, les joueurs se sont beaucoup exercés pour le jeu de transition et les mêlées devant le filet.

«Comme équipe, on a une petite période creuse, mais je suis persuadé que l’on va se ressaisir, croit Eller. En ce moment, on donne beaucoup trop de surnombres. Il faut revenir à nos bonnes habitudes du début de la saison.

Les buts surviennent quand on réalise bien toutes les autres petites choses. Si c’est le cas, les points viendront, les victoires aussi.»

Chose certaine, le Canadien n’aura pas de marge de manoeuvre face aux Canucks, un club aspirant aux grands honneurs qui a remporté ses six derniers matchs.

«Ce sera un excellent test pour nous, estime Halpern. Roberto Luongo est un gardien que je respecte beaucoup. Au cours de ma carrière, il m’a battu deux fois en séries.»


L’attaquant Dustin Boyd a été soumis au ballottage hier.


Vidéos

Photos