Gillett passe le flambeau

Canadien

George Gillett a vécu une journée très émotive hier en passant le flambeau au nouveau propriétaire, Geoffrey Molson.  © QMI

Denis Poissant
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 11-09-2009 | 09h38

George Gillett avait le coeur gros hier. Le propriétaire du Canadien pendant huit ans a passé le flambeau à la famille Molson en vantant Montréal, ses fans de hockey passionnés et les gens dévoués au sein de l'organisation. Disant avoir vécu les plus belles années de sa vie tout en réprimant un sanglot, il a aussi exprimé un regret considérable : ne pas avoir remporté une coupe Stanley. «Je m'en excuse», a-t-il dit.

«J'aurais aimé quitter avec un bijou, avec une bague, a-t-il glissé, en montrant ses doigts nus. Mais ce n'est pas facile de nos jours. On ne peut pas prendre une baguette magique et faire le souhait de gagner».

C'était une journée particulièrement spéciale hier au tournoi de golf annuel qui lance les activités de l'équipe. Le Canadien vit un nouveau départ et le président Pierre Boivin, reconfirmé officiellement dans ses fonctions par le nouveau propriétaire Geoffrey Molson, s'est dit très confiant à l'aube de la saison 2008-2009.

«On repart à zéro, a dit Boivin, heureux de pouvoir se concentrer uniquement sur l'aspect hockey de la business, à compter de maintenant.

«On a un nouveau propriétaire, un nouveau groupe d'entraîneurs, beaucoup de nouveaux joueurs et beaucoup d'espoir.»

Même si l'équipe présentera un tout nouveau visage, il ne s'agit en aucune façon d'un autre «plan quinquennal», précise-t-il. «Notre équipe n'est pas à terre et n'est pas en reconstruction.»

Premier bain médiatique

Ses nouvelles têtes d'affiche embauchées à fort prix par Gainey cet été, les Gomez, Gionta et Cammalleri, ont tous pris leur premier bain médiatique. Tous prêts à faire face à la musique.

Et un Carey Price dans de belles dispositions a professé le désir d'arriver mieux préparé à ses matchs.

Difficile de prédire comment le ciment va prendre au sein de cette nouvelle bande n'ayant pas encore de capitaine. Mais l'optimisme régnait hier, des joueurs aux hauts dirigeants.

On veut faire oublier les déboires de la misérable fin de saison dernière ; blessures, rumeurs folles, distractions de toutes sortes, performances en dents de scie.

Sur la bonne voie

Le Canadien n'a pas gagné de coupe de-puis

1993, mais est sur la bonne voie, a indiqué Geoffrey Molson en vantant la direction des opérations hockey.

«Je souhaite travailler avec l'équipe qui est en place maintenant, a dit le propriétaire majoritaire. C'est une équipe fantastique et parmi les meilleures dans la ligue nationale.»

Un Pierre Boivin très en verve en a profité pour défendre le dossier du Canadien sur la question francophone, expliquant, chiffres à l'appui, que l'équipe recrute joueurs et entraîneurs capables de s'exprimer dans les deux langues beaucoup plus que les critiques ne le laissent entendre.

Molson ne s'est pas aventuré sur cette question, disant encore avoir pleine confiance en Gainey sur le choix du personnel.

Molson veut la 25e

Discret aussi sur les détails précis entourant l'entente financière ayant permis à son groupe d'acquérir le Canadien, Molson a cependant exprimé le désir d'exaucer le souhait du public montréalais.

«Le plus grand défi pour le partenariat et la famille Molson serait de gagner une autre Coupe Stanley, de donner la 25e à Montréal», a-t-il indiqué, tandis que Gillett opinait.

Le camp officiel débutera demain avec les examens médicaux et les tests physiques. Les joueurs sauteront sur la glace dès dimanche, officiellement. Tous, à l'exception de Markov et Andrei Kostitsyn, s'étaient déjà délié les muscles à Brossard cette semaine.


Vidéos

Photos