Bonne chance, messieurs!

Canadien

Max Pacioretty, Yannick Weber et P.K. Subban. © Montage Canoe

DENIS POISSANT

Dernière mise à jour: 06-09-2009 | 08h02

Le camp des recrues du Canadien, qui se mettra en branle demain, sera l'occasion pour plusieurs jeunes d'épater la galerie et, peut-être, d'entrer dans une formation 2009-2010 complètement chamboulée.

Peu de places sont cependant disponibles, la formation comptant déjà 7 défenseurs et 11 attaquants sous contrat. Même si l'organisation a perdu sa touche magique depuis 15 ans, les filières demeurent en excellente santé.

Les jeunes progressent à bon rythme et certains pourraient mêler les cartes dès cette année, d'autres dans un avenir proche. La clé : y croire et pousser la machine à fond la caisse en espérant poursuivre sa route à compter du 12 septembre, à l'ouverture du camp officiel.

Aussi sur Canoe.ca

En tout, 29 joueurs prendront part à ce camp des recrues. Une fois leurs tests médicaux effectués, aujourd'hui, ils prendront part dès demain à des exercices par groupes, à compter de 8 h 15 le matin, à Brossard, sous la supervision de l'entraîneur des Bulldogs, Guy Boucher (une douzaine d'entre eux ont évolué à Hamilton l'an passé).

Tous seront réunis sur la glace à 16h. En voici quelques-uns à surveiller de plus près. Qui sait? Des performances exceptionnelles pourraient même faire dégringoler certains vétérans sous contrat ou forcer un échange. Bonne chance, messieurs!

Dès cette année?

Max Pacioretty

Gros ailier rapide doté de bonnes mains qui a séduit la foule du Centre Bell à ses premiers coups de patin dans le temple du hockey la saison dernière. S'est vite essoufflé, cependant, récoltant 11 points en 34 matchs avant d'être cédé aux Bulldogs à la fin mars.

La porte s'ouvre très grande pour lui avec l'arrivée de trois nouveaux Schtroumpfs dans l'alignement : Gomez, Gionta et Cammalleri. Jacques Martin n'entend pas les réunir au complet au sein du premier trio afin d'y ajouter un peu de muscle. Pacioretty a justement perdu son «gras de bébé» au cours de l'été.

Doit absolument: foncer au filet, y planter ses deux patins et manger les taloches qui s'imposent.


Yannick Weber

On voit mal comment le Canadien pourrait se passer de ce spécialiste de l'avantage numérique, bâti dans le moule de Mark Streit avec ses savantes passes sur réception.

Pas le plus imposant physiquement, mais sa garnotte d'enfer le fait vite oublier. Il a déjà l'expérience des séries éliminatoires ; Gainey l'a utilisé dans trois matchs contre les Bruins au printemps dernier.

Doit absolument: faire preuve d'intensité lors des entraînements et soigner son jeu défensif, qu'il a amélioré à Hamilton l'an passé.


Très bientôt

P.K. Subban

Pas mal le même genre que Weber. Le Canadien lui fera gagner ses croûtes dans la Ligue américaine cette saison, lui qui vient de terminer son stage junior avec les Bulls de Belleville.

Mais une blessure au sein de la brigade défensive montréalaise vieillissante pourrait lui donner une chance dès cette année. Une des pièces maîtresses de l'équipe nationale junior dans sa conquête de l'or (un deuxième titre en deux ans pour lui).

Doit absolument: continuer à relancer l'attaque avec ses passes fluides, sa spécialité.


Mathieu Carle

Carle se souviendra longtemps du camp 2008. Dans les premières minutes de la rencontre contre les Red Wings, au Joe Louis Arena, à Detroit, le défenseur a reçu un coup d'avant-bras de Tomas Kopecky qui l'a cloué au sol durant de longues minutes angoissantes.

Victime d'une commotion cérébrale, il a été tenu à l'écart du jeu pendant plusieurs semaines. À Hamilton, Weber lui a volé la vedette entre-temps. La patience est de rigueur avec ce type de joueur fiable défensivement, bon passeur, sans être le plus explosif.

Un exemple, juste comme ça : François Beauchemin. Le nouveau multimillionnaire des Maple Leafs portait aussi les couleurs des Bulldogs à son âge. Et il avait joué un seul match avec le Canadien avant d'aller gagner la coupe Stanley quelques années plus tard en Californie...

Doit absolument: éviter l'infirmerie!


Cartes cachées?

Dany Massé

Certains joueurs connaissent une éclosion un peu plus tardive, et Massé, mis sous contrat en avril dernier, entre dans cette catégorie.

L'attaquant a connu une saison du tonnerre avec les Voltigeurs de Drummondville (44 buts, 66 passes), menant la ligue au chapitre des tirs au but.

L'aile gauche est cependant congestionnée en ce moment au sein du Canadien et Massé poursuivra son développement chez les Bulldogs. Lui et Gabriel Dumont, blessés, verront leurs actions limitées durant le camp.

Doit absolument: lancer, lancer, lancer.


Mikael Johansson

Bob Gainey a mis cet attaquant suédois sous contrat juste avant sa séance intensive de magasinage estival. Mais le vestiaire déborde maintenant de joueurs de petite stature comme lui.

Il a obtenu six buts et 28 passes avec le Farjestads BK Karlstad, champion de la ligue élite suédoise. Se veut une police d'assurance intéressante en raison du statut de Tomas Plekanec, qui a paraphé une entente d'un an seulement après sa décevante saison ; mais s'il rebondit, il pourra humer les dollars de l'autonomie...

Doit absolument: afficher une intensité à la Saku Koivu, pour compenser sa petite taille (5 pi 10 po dans les livres, donc 5 pi 9 po dans la vraie vie...)


Benjamin Maxwell

Avait étonné au camp l'an dernier. Rappelé pour sept matchs au milieu de la saison, le centre de 6 pi 1 po avait été blanchi de la feuille de pointage. Le type de gars pouvant mêler les cartes.

Doit absolument: jouer dans le trafic.


Hors radar

David Desharnais

À 5 pi 7 po, David Desharnais passe le plus clair de son temps, en entrevue, à expliquer comment il parvient, année après année, malgré sa petite taille, à noircir la colonne des marqueurs par-tout où il passe.

Le centre de 22 ans a accumulé 58 points avec Hamilton la saison dernière. S'il obtient une chance de se faire valoir au camp du Canadien le 12 septembre, il trouvera certainement une grande source d'inspiration en Brian Gionta, bâti sur le même moule que lui et auteur d'une saison de 48 buts.

Doit absolument: continuer à croire en ses moyens et laisser ses statistiques parler.


Phénomène

Jason Missiaen

À 6 pi 9 po, Jason Missiaen est un méchant pan de mur. La barre horizontale lui arrive aux fesses.

Doit absolument: cesser de grandir...


Ne les cherchez pas

Kyle Chipchura

Depuis le temps qu'on parle de lui, c'est maintenant ou jamais pour Chipchura, qui ne participera cependant pas au camp des recrues, mais au gros (avec Stewart et D'Agostini).

S'il ne parvient pas à déloger Metropolit comme quatrième centre, c'est foul ball pour son avenir à Montréal. Le gros centre a le gabarit de l'emploi, mais il a affiché des rendements en dents de scie lors de ses apparitions avec le grand club.

Doit absolument: mettre un poster de Mike Richards, le centre vedette des Flyers, sur son casier et imiter sa hargne et sa combativité, seule porte de salut pour Chipchura dans la LNH en raison de son potentiel offensif limité.


Louis Leblanc

Le plus bel espoir francophone à l'attaque depuis des lunes, doté d'une solide tête de hockey et d'une attitude gagnante, a commencé ses études à Harvard, où il s'alignera avec l'équipe de l'université bostonienne.

Les règles de la NCAA l'empêchent de participer à un camp professionnel (même chose pour Danny Kristo). Attendezvous à le voir avec le grand club en 2012, peut-être même en 2011.

Doit absolument: assumer un rôle de leader à Harvard afin de se préparer pour la jungle montréalaise.


Vidéos

Photos