Mylène Richard
Agence QMI

Caroline Ouellette, plus motivée que jamais

Caroline Ouellette, plus motivée que jamais

Caroline Ouellette.Photo Didier Debusschère / Agence QMI

Mylène Richard

MONTRÉAL - Même si elle déjà gagné quatre médailles d'or aux Jeux olympiques et six autres aux Championnats du monde, Caroline Ouellette est toujours aussi déterminée à soulever la coupe Clarkson, emblème de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF).

Pour une quatrième fois en cinq ans, la numéro 13 des Canadiennes de Montréal disputera la finale du circuit. La formation québécoise, première au général, affrontera l'Inferno de Calgary, deuxième, dimanche au Centre Canadian Tire d'Ottawa.

«Ce fut l'une de mes saisons préférées, a insisté Ouellette. J'ai eu l'impression de jouer avec mes meilleures amies, avec ma famille. C'est ce qui fait que nous avons eu une bonne saison. On n'est peut-être pas la meilleure équipe sur papier, mais on a réussi à bien performer grâce à une belle chimie.»

Après une année bien remplie, durant laquelle elle a terminé quatrième de la LCHF avec 32 points en 24 matchs, en plus de prendre part à la Classique hivernale à Boston, d'organiser une Célébration du hockey féminin et de diriger une équipe féminine au Tournoi international pee-wee de Québec, Ouellette aimerait conclure sur une belle note.

«J'adore ça comme à mes débuts. Ce n'est jamais une corvée de m'entraîner. C'est sûr qu'avec l'âge, on ralenti un peu. Il faut être plus intelligente sur la glace.»

Les efforts de la vétérane de 36 ans, qui domine les séries grâce à huit points en deux rencontres, sont également reconnus par ses coéquipières.

«Caroline, c'est la définition du mot "détermination", a assuré la capitaine des Canadiennes, Cathy Chartrand. Elle ne lâche jamais. Elle est talentueuse, mais travaille fort. Elle va se donner corps et âme pour l'équipe et pour s'améliorer. Elle ne s'assoit pas sur son expérience.»

Même son de cloche du côté d'Ann-Sophie Bettez, qui évolue en compagnie de Ouellette et de Marie-Philip Poulin en avantage numérique.

«Je suis choyée de pouvoir jouer à leurs côtés. C'est tellement simple et facile. Chaque petit truc qu'elles me donnent m'aide.»

Des adversaires expérimentées

L'Inferno pourra compter sur neuf joueuses qui participeront au prochain Mondial, à Kamloops, dont Hayley Wickenheiser, Meaghan Mikkelson, Rebecca Johnston et Brianne Jenner. Ce sont toutes des filles que Ouellette connaît bien.

«C'est notre réalité d'affronter des amies, a expliqué la Montréalaise. C'est comme jouer contre ta sœur, tu veux encore moins te faire battre par elle.»

Pas encore la retraite

Chez les Canadiennes, la gardienne Charline Labonté, la défenseuse Lauriane Rougeau et Poulin seront de l'aventure en Colombie-Britannique.

Pour sa part, Ouellette n'a pas été retenue par Hockey Canada, qui souhaite donner la chance aux joueuses susceptibles d'aller aux Olympiques de 2018.

«Je me dirige vers la fin de ma carrière internationale, mais rien n'est encore décidé», a-t-elle laissé tomber.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos