Mylène Richard
Agence QMI

Rien n'est encore joué pour les Canadiennes

Rien n'est encore joué pour les Canadiennes

Kim Deschênes.Photo Maddie Meyer / Getty Images / AFP

Mylène Richard

MONTRÉAL - Menées par les Caroline Ouellette, Marie-Philip Poulin, Ann-Sophie Bettez, Julie Chu et Charline Labonté, les Canadiennes de Montréal ont aisément accédé à la finale de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF).

En balayant les Furies de Toronto devant leurs partisans ce week-end, grâce à des victoires de 5-1 et 7-1, la formation québécoise a atteint un autre objectif important: celui de retourner à la Coupe Clarkson et de soulever le précieux trophée pour la première fois depuis 2012.

«Nous avons eu l'avantage au niveau des points, mais j'ai trouvé que le match [de samedi] était beaucoup plus physique, a analysé l'attaquante Kim Deschênes. C'était même un peu dangereux, car elles jouaient comme s'il n'y avait pas de lendemain.»

«Contrairement à vendredi, on a pris l'avance tôt et on a pu respirer», a ajouté Deschênes, qui était aux premières loges pour voir Ouellette amasser six points, dont deux buts.

Ouellette au sommet

La vétérane de 36 ans domine d'ailleurs la LCHF avec huit points en deux duels éliminatoires, soit un de plus que Poulin. Bettez et Rebecca Johnston, de l'Inferno de Calgary, suivent.

«Caro mange du hockey, elle vit pour ça!, a lancé Deschênes, qui évolue aux côtés de Poulin et Bettez. Elle a une grande maturité et est intense. Elle veut gagner. C'est un modèle pour nous tous. Quand on la voit foncer et tout donner, on veut faire la même chose. Je n'aimerais pas jouer contre elle! Elle peut être intimidante!»

Face à Calgary

Après avoir terminé au premier rang du classement général devant l'Inferno, les Canadiennes retrouveront l'équipe de l'Alberta en finale, le dimanche 13 mars au Centre Canadian Tire d'Ottawa. En demi-finale, l'Inferno d'Hayley Wickenheiser a défait en deux rencontres le Thunder de Brampton.

«Ce sera seulement un match, a précisé l'ancienne capitaine des Carabins de l'Université de Montréal. On sait comment jouer contre elles. On a gagné quatre matchs sur six cette saison. Leur équipe nous ressemble avec plusieurs filles de la formation nationale et quatre bonnes lignes. Ce sera un bon défi.»

«En plus, on sera proche de la maison, contrairement à Calgary. On va essayer d'organiser des autobus afin que les "fans" et nos familles puissent venir à Ottawa. Ce sera un avantage. On va se sentir un peu chez nous.»

Chimie

La domination de la troupe de Dany Brunet n'est pas passée inaperçue depuis qu'elle est associée au Canadien de Montréal. Elle terminera la campagne invaincue à domicile, peu importe le résultat de la finale.

«On est vraiment uni. Tout le monde contribue, tout le monde s'encourage. C'est ce qui fait notre force. Même si on n'a pas toutes fait l'équipe nationale, on tire notre épingle du jeu», a expliqué Deschênes.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos