Le Québec échappe le bronze

Défi

Donald Audette, l'ancien attaquant du Canadien de Montréal, était satisfait de son équipe. Agence QMI


Kevin Dubé

DRUMMONDVILLE - Équipe Québec a peut-être conclu le Défi mondial des moins de 17 ans avec une défaite de 4-3, vendredi face aux États-Unis lors du match pour la médaille de bronze, mais est tout de même ressortie la tête haute.

Même s’ils se sont inclinés, les représentants du fleurdelisé ont livré une belle bataille à la formation américaine. Ils concluent ainsi le tournoi en quatrième place, le meilleur résultat parmi les cinq formations canadiennes.

«Peu de gens nous plaçaient là au début du tournoi. On a monté les échelons et on doit être fiers de ce qu’on a accompli», a reconnu l’entraîneur en chef du Québec, Donald Audette.

Une minute et 45 s fatales

À égalité 2-2 après 40 minutes de jeu, la formation du Québec a connu un relâchement pendant une minute et 45 secondes, ce qui a mené à deux buts rapides des Américains.

Francis Perron a redonné espoir aux partisans réunis au Centre Marcel-Dionne de Drummondville en réduisant l’écart à 4-3 avec 34 secondes à écouler au match, mais ce fut trop peu trop tard.

«Le hockey est un jeu d’erreur. Chaque petite erreur peut coûter un match, a renchéri Audette. Toutes les défaites sont dures à avaler. Toutefois, on s’est battus jusqu’à la fin. C’est le caractère qu’on a montré aux jeunes. Ils ont fait leur nom là-dessus. Tout le monde sort gagnant de ça.»

Périple éreintant

Après un périple de sept parties en huit jours, la fatigue a fini par rattraper les deux équipes en fin de rencontre.

«C’est l’un des tournois qui est dur à jouer. Sept matchs en sept jours, c’est exigeant physiquement. Certains joueurs ont joué avec de vilaines blessures. Ça démontre le caractère qu’on a au Québec», de soulever l’entraîneur de la meilleure équipe des moins de 17 ans au Canada.

Outre Perron, Nick Marois et Carl Neill ont marqué pour le Québec. Austin Poganski, avec trois, et Ryan MacInnis ont riposté pour les médaillés de bronze.

Hockey Canada a rencontré les joueurs du Québec après la rencontre pour les féliciter de la façon avec laquelle ils ont vaincu l’adversité par rapport aux cinq autres formations du Canada. Quoi qu’il en soit, certains joueurs avaient du mal à accepter le revers.

«Même si on a surpris tout le monde, la quatrième place est toujours la pire à avoir, a lancé Alexandre Delisle-Houde. Ça fait mal.»

Même s’il n’avait vu de l’action que lors d’une des six premières rencontres de son équipe, le personnel d’entraîneur a décidé de faire confiance au gardien Alex Bureau pour le match de la médaille de bronze.

Le fils de Marc, l’ancien joueur de la LNH, a bloqué 23 des 27 rondelles dirigées vers lui dans la défaite.

«On a pris cette décision en équipe. On sentait Julio Billia fatigué et on avait confiance en Alex. Il a fait du bon travail. Il a fait les arrêts clés et nous a tenus dans la rencontre.»

Une douce vengeance

Depuis quelques années, le programme québécois de hockey est la cible de nombreuses critiques. La quatrième place du Québec au Défi mondial des moins de 17 ans se voulait donc une douce vengeance pour la troupe de Donald Audette.

«On n’a jamais lâché. C’est la marque qu’il faut se laisser au Québec. Même si la chose la plus facile à faire c’est de lâcher, si tu continues avec détermination, les bonnes choses arrivent», a-t-il philosophé.

«On n’est pas la plus grosse puissance. Les gens voyaient pas mal plus l’Ontario que nous. On a bien joué et je crois que le Canada est fier de nous», a renchéri le défenseur Carl Neill, qui a été nommé joueur du match du côté d’Équipe Québec.

Selon Nicolas Hébert, battre l’Ontario en ronde préliminaire est un souvenir sur lequel son équipe peut se rattacher.

«Notre but était quand même de revenir avec une médaille. En même temps, on doit être fiers de ce qu’on a fait.»

Redevenir une puissance

S’il s’agissait d’une belle victoire pour le Québec, il en était de même pour le Canada, aux yeux de l’entraîneur. Après tout, le Canada n’est plus aussi dominant sur la scène internationale depuis quelques années.

«Le Canada était le pays le plus difficile à battre auparavant. Aujourd’hui, nous ne sommes plus les numéros un au monde. Il faut reprendre cette image-là et redevenir un pays contre qui il est difficile de gagner.»

La Suède remporte la finale

La Suède a remporté les grands honneurs de ce Défi mondial des moins de 17 ans grâce à une victoire de 7-5 sur la Russie, vendredi soir, à Victoriaville.

C'était l'égalité 4-4 après 40 minutes de jeu, mais les Suédois ont été dominants au troisième tiers. Anton Karlsson y a marqué deux buts. Il a terminé le match avec quatre points. Les deux premiers buts des gagnants dans cette troisième période ont été marqués en avantage numérique.

Gastaf Franzen deux fois, Robin Kovacs, Adrian Kempe et August Gunnarsson ont aussi trouvé le fond du filet.

C'est en battant le Québec, jeudi, que la Suède avait réussi à accéder à la finale.


Vidéos

Photos