Fête arrosée: l'entraîneur est suspendu

D'ici la fin de l'enquête de la fédération provinciale sur une fête arrosée impliquant les joueurs de leur équipe, les Conquérants des Basses-Laurentides ont décidé avec l'aval de Hockey Québec de retirer l'entraîneur-chef de son poste.

D'après Paul Ménard, directeur du développement des joueurs à Hockey Québec, l'alcool et la drogue sont interdits dans une activité d'équipe de hockey mineur, point à la ligne, et les contrevenants seront sanctionnés.

«Nous avons tenu une conférence téléphonique avec l'équipe pour savoir ce qui s'est passé, a indiqué Ménard lors d'une entrevue avec la chaîne TVA Sports, jeudi. Des situations comme celles-là sont inacceptables. C'est vraiment à l'encontre du code d'éthique du joueur et de l'entraîneur. On fait le suivi, le temps de savoir ce qui s'est vraiment passé.»

Au terme d'un tournoi midget espoir tenu à la fin novembre à Saguenay, les joueurs des Conquérants avaient participé à des concours de consommation de bière. Les versions du pilote et de son adjoint sont contradictoires quant à la façon dont les jeunes ont eu accès à l'alcool.

La responsabilité des entraîneurs

Lors de la fête, des parents étaient sur place. L'un des deux pères rencontrés mercredi avait mentionné n'avoir jamais donné son accord pour que son enfant consomme de la bière, ajoutant que la supervision des jeunes est du ressort des entraîneurs. Ménard est du même avis.

«Lorsqu'on parle de joueurs de hockey mineur, l'encadrement des joueurs à l'extérieur de la patinoire dans les activités d'équipe est la tâche des entraîneurs, a-t-il estimé. Même quand le tournoi est fini, on parle d'une activité d'équipe. Oui, il y avait des parents sur place, mais c'est la responsabilité des entraîneurs.»

Ménard ne peut prédire la nature des sanctions, qu'elles soient infligées aux instructeurs ou aux joueurs. En effet, des jeunes pourraient être punis pour leurs actes.

«Activité d'équipe, tolérance zéro, pas de boisson. Des mesures vont être prises.»

La peur des parents

Après la diffusion mercredi du reportage sur l'incident, TVA Sports a reçu l'appel de plusieurs parents qui s'inquiètent de voir leurs enfants être pénalisés par les entraîneurs s'ils en venaient à dénoncer le mauvais comportement de ceux-ci.

C'est la raison pour laquelle les parents qui se sont adressés à la chaîne mercredi l'ont fait sous le couvert de l'anonymat. Le directeur du développement des joueurs de Hockey Québec croit que ces craintes ne sont pas fondées.

«J'ai beaucoup de difficulté avec ça, a admis Ménard. Si les gens ont cette perception, il faut l'enlever. Ce que je dis aux parents qui détectent un problème mais qui ont peur, c'est de communiquer avec leur organisation et de leur dire ce qui en est.

«Tout est dans l'approche. Si c'est fait de façon agressive, il se peut que ça tourne mal. Quand des situations comme celles-là dégénèrent, c'est à cause d'une mauvaise approche.»

TVA Sports a également reçu des commentaires de parents critiquant l'attitude intimidante affichée par l'entraîneur-chef des Conquérants à l'égard de ses joueurs. Ménard a assuré n'avoir jamais eu de plaintes sur cet aspect.

«La supervision des entraîneurs existe. On communique beaucoup, il y a 18 joueurs dans cette équipe et on n'a pas eu vent de ça. Mais on va faire un suivi.»


Vidéos

Photos