Les États-Unis en voie de dépasser le Canada

Regard

Le Canadien de Montréal, une véritable institution de ce sport, a fait d’un Américain d’origine son premier choix à huit occasions en 10 ans. Photo Archives / Journal de Montréal


Chris Stevenson

Dernière mise à jour: 29-11-2012 | 13h10

BUFFALO – Dans les prochains jours, l’Agence QMI jettera un regard sur le hockey aux États-Unis et sur la manière dont les Américains ont pu réussir à faire douter de la suprématie du hockey canadien.

Le hockey est désormais un sport qui attire des athlètes américains de premier plan. Ceux qui, autrefois, se tournaient vers le football, le baseball ou le basketball.

Aussi sur Canoe.ca

Seth Jones, fils l’ancien joueur de la NBA Popeye Jones, est un sportif talentueux qui a choisi la petite rondelle noire plutôt qu’une autre discipline.

Qu’est-ce qui l’a poussé dans les bras du hockey?

«Le tempo. Le rythme du jeu. Il n’y a jamais de temps mort. À tout moment, vous pouvez donner une mise en échec ou en recevoir une. Vous êtes toujours en train d’effectuer une passe ou d’en capter une. Vous devez toujours être sur le bout de vos orteils, en train de penser au match», a-t-il expliqué après avoir marqué un but et impressionné les dépisteurs de la LNH dans un match des meilleurs espoirs américains.

Le programme de hockey des moins de 18 ans des États-Unis a fourni cinq des 42 premiers choix lors du repêchage de la Ligue nationale, l’été dernier. Trois d’entre eux ont été sélectionnés au premier tour. Le Canadien de Montréal, une véritable institution de ce sport, a fait d’un Américain d’origine son premier choix à huit occasions en 10 ans.

«Je ne crois pas que ce soit une question de philosophie. Nous prenons toujours le meilleur joueur disponible», a spécifié le directeur du recrutement et du développement des joueurs du Tricolore, Trevor Timmins.

«La qualité des joueurs développés aux États-Unis s’est améliorée grandement au cours de la dernière décennie. Cela s’explique par le nombre de joueurs d’âge mineur qui augmente et aussi par le fait que les endroits où l’on pratique ce sport sont de plus en plus nombreux.» Parmi les territoires où le hockey gagne en popularité se trouvent la Californie, l’Arizona, la Floride, le Texas, le New Jersey et la Pennsylvanie.

Une question de temps

Pour cette série, l’Agence QMI a parlé à des douzaines de personnes impliquées dans le monde du hockey. La majorité d’entre elles a eu la même réponse quand est venu le moment de demander si les États-Unis avaient le potentiel de surpasser le Canada comme le plus grand producteur de hockeyeurs au monde. Ce n’est qu’une question de temps.

La hausse du coût de la pratique du hockey et les changements démographiques au Canada – les immigrants sont moins susceptibles de choisir cette discipline pour leurs enfants – comptent parmi les défis que devra relever Hockey Canada.

«Tout dépendra du recrutement qui sera effectué dans chaque pays, a mentionné Timmins. La possibilité que les États-Unis surpassent le Canada est réelle. C’est juste une question de chiffres, de circonstances.»

«Ce ne sera peut-être pas pour bientôt, mais je crois que le hockey continuera de croître aux États-Unis. Ce sera énorme. C’est en train de se produire», a déclaré le défenseur Al MacInnis, membre du Temple de la renommée et impliqué dans le hockey mineur à St. Louis.

Son fils, Ryan, est membre de l’équipe américaine des moins de 17 ans cette année.

«Vous pouvez simplement vous baser sur les chiffres. Quelle est la population au Canada? Aux États-Unis, nous sommes 350 millions. Ce ne sera peut-être pas aussi rapidement que nous l’aimerions, mais je suis certain que ça se produira.»


Vidéos

Photos