Agence QMI

«Une bonne chose» -Caroline Ouellette

Hockey féminin - «Une bonne chose» -Caroline Ouellette

Caroline Ouellette, Marie-Philip Poulin et Kim St-Pierre, médaillées d'or à Vancouver, seront présentes au camp de sélection.© Agence QMI / Simon Clark

Dernière mise à jour: 09-03-2011 | 13h09

Pour la première fois en plus de dix ans, l’équipe nationale de hockey féminin tiendra un camp de sélection. Parmi les 37 joueuses invitées, 11 Québécoises tenteront de se tailler une place en prévision du prochain Championnat mondial, qui s'entamera le 16 avril, en Suisse.

Caroline Ouellette, Marie-Philip Poulin, Sarah Vaillancourt et Catherine Ward, qui faisaient partie de la formation olympique, seront notamment à Toronto, du 2 au 5 avril. Également médaillées d’or à Vancouver, les gardiennes Kim St-Pierre et Charline Labonté demeurent en compétition. Finalement, les nouvelles venues Ann-Sophie Bettez, Emmanuelle Blais, Noémie Marin, Lauriane Rougeau et Jesse Scanzano tenteront leur chance.

«C’est une très bonne chose, a souligné Ouellette, lorsque rejointe par l’Agence QMI. Au cours des dernières années, les dirigeants se basaient sur nos performances tout au long de la saison et sur la Coupe des 4 nations (en novembre). Ensuite, ils nommaient l’équipe en février.»

Pour la première fois depuis la saison 1997-1998, les meilleures patineuses canadiennes batailleront pendant quatre jours, à Toronto. Trois rencontres intra-équipe sont d’ailleurs au programme.

«Ça permet à toutes les joueuses de demeurer concentrées, a poursuivi Ouellette. Ça nous force à être moins modérées dans notre entraînement. Les jeunes joueuses sont tellement talentueuses aujourd’hui. […] C’est d’autant plus intéressant pour elles (les jeunes), n'ayant pas la chance de disputer autant de tournois que nous.»

«Il y a aussi le fait qu’au cours d’une année post-olympique, il a beaucoup de changements au sein du programme. Déjà, quatre filles (Gina Kingsbury, Colleen Sostorics, Carl MacLeod et Becky Kellar) ayant gagné l’or avec nous à Vancouver l’an dernier ont annoncé leur retraite.»

Le retour de ce camp préparatoire après 13 ans d’absence forcera cependant certaines athlètes à remodeler quelque peu leur agenda.

«C’est principalement pourquoi ce camp n’avait plus lieu, a expliqué Ouellette. Beaucoup de joueuses sont inscrites à l’université et c’est difficile pour elles de se libérer pendant trois semaines à ce moment précis de l’année.»

Wickenheiser est toujours là

Hayley Wickenheiser, Cherie Piper, Rebecca Johnston, Haley Irwin, Jayna Hefford, Jennifer Botterill, Gillian Apps, Meghan Agosta, Meaghan Mikkelson, Tessa Bonhomme et la gardienne Shannon Szabados sont autant de filles membres de l’équipe olympique qui participeront au camp.

Au terme de la sélection, 21 joueuses seront appelées à représenter le Canada au Championnat mondial féminin, du 16 au 25 avril à Zurich et Winterthur, en Suisse. La formation nationale tiendra aussi un camp de quatre jours du 6 au 9 avril à Ann Harbor, au Michigan, au cours duquel elle disputera deux parties hors-concours contre les États-Unis.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos