Ray a vécu une année riche en émotions

Football

Ricky Ray tient sa fille Chloe dans ses bras. Photo Agence QMI - Stan Behal


Terry Jones

TORONTO - Le titre de joueur par excellence de la Coupe Grey n'a pas été décerné à Ricky Ray, dimanche, comme cela avait été le cas lors de sa conquête précédente du championnat de la Ligue canadienne de football.

Mais, soyez assurés d'une chose: son nom sera à tout jamais gravé non seulement sur le précieux trophée, mais dans le grand livre de l'histoire du match de la Coupe Grey.

«Nous ne serions pas au tableau des honneurs sans Ray», a tenu à préciser l'entraîneur-chef des Argonauts de Toronto et nouveaux monarques, Scott Milanovich.

Aussi sur Canoe.ca

Ray venait de déclarer que pas un instant, il avait songé à la possibilité de mettre le grappin sur cette coupe quand, plus tôt dans la saison, il a reçu un coup de fil de son patron chez les Eskimos d'Edmonton, Kavis Reed, pour lui annoncer qu'il était échangé à Toronto.

«Pour être bien honnête avec vous, a-t-il indiqué alors qu'il était sur l'estrade d'honneur avec son épouse Allison et sa fille Chloe, je n'avais aucune pensée en ce sens. Je tentais simplement de reprendre mes esprits pour savoir comment je m'organiserais avec tout ce qui survient et toutes les choses dont on doit s'occuper quand une nouvelle comme celle-là nous est communiquée.»

«À ce stade de ma vie, quand tu évolues au sein d'une organisation depuis si longtemps, dans une ville pour neuf ans, quand tu es attaché aux partisans, tu penses que tu y termineras ta carrière. Mais, lorsqu'on reçoit un coup de téléphone qui nous dit qu'on ne veut plus de nous...»

C'est alors qu'un collègue des médias a demandé au quart-arrière s'il avait reçu un message de Tillman (Eric, l'ancien directeur général d'Edmonton) ou de quelqu'un dans l'entourage des Eskimos.

Ray a répondu : «Non.» Puis, il a tourné la tête et a écouté la prochaine question qu'on lui posait déjà.

Comparaisons

Amené à comparer cette Coupe Grey avec les autres, Ray a assuré qu'aucun lien n'était possible.

«Qu'on se comprenne bien, c'est une sensation extraordinaire de remporter la 100e Coupe Grey de l'histoire. Chacune d'elles est unique. Je ne peux pas afficher une préférence. Mais, celle de 2012 a vraiment une saveur très spéciale. C'est la 100e, vous savez.

«Je n'avais aucune idée de la tournure que prendraient les événements quand je me suis amené ici. Savoir qu'une formation te désire, arriver au sein d'une nouvelle organisation puis gagner, ce sont des émotions particulières pour tout un chacun.»

Ray s'était vu décerner le titre de joueur par excellence de l'ultime confrontation en 2005 quand Edmonton avait disposé de Vancouver en prolongation. Avec cette réussite additionnelle, il rejoint Anthony Calvillo pour le plus grand nombre de championnats dans les années 2000, avec trois.

L'athlète avait perdu à sa première participation, tenue elle aussi devant la foule locale à Edmonton. L'année suivante, il y apposait son nom à Regina. Après avoir échappé le trophée en 2004, il s'était déplacé vers les Jets de New York et la NFL.

«Il a coulé beaucoup d'eau sous les ponts, a déclaré Ray. Il y a eu beaucoup de hauts et autant de bas. Nous avons tous nos histoires personnelles. Les journées comme celle d'aujourd'hui sont la raison pour laquelle on a choisi ce métier.»

Durant les festivités, Ray s'est remémoré son début de partie alors qu'il a été victime d'une interception sur son premier jeu.

«Difficile d'amorcer un match sur cette note», a fait savoir son entraîneur-chef. Plusieurs quarts n'auraient pas pu rebondir dans ce genre de situation. Vous savez maintenant pourquoi il s'appelle Ricky Ray et pourquoi il sera au Temple de la renommée.»

Il ne reste plus qu'à souhaiter que cette année de vive surprise engendre un regain d'intérêt des amateurs de football dans la Ville Reine.


Vidéos

Photos