Dave Fontaine
Agence QMI

Un bon début pour la combinaison Caron-Paquet

Un bon début pour la combinaison Caron-Paquet

Guillaume Paquet.Photo Joel Lemay / Agence QMI

Dave Fontaine

MONTRÉAL - L'unité offensive des Carabins de l'Université de Montréal fait des flammèches depuis le début de la saison. Le quart-arrière Samuel Caron ne cesse d'impressionner, tout comme son groupe de receveurs, dont Guillaume Paquet.

Au fil des trois premiers matchs, une belle chimie s'est installée entre Caron et Paquet, ce dernier dominant le circuit avec 297 verges et quatre touchés. Une complicité qui s'étend bien au-delà du terrain.

«Ce n'est pas juste au niveau du football pour Samuel et moi, a précisé Paquet. On est deux bons amis. Depuis qu'il est revenu avec les Carabins, on a souvent passé du temps ensemble à courir des tracés et attraper des ballons, alors les deux, on se complète bien.»

«Je pense qu'ils se comprennent bien, en particulier sur les tracés verticaux, il [Caron] sait exactement où il [Paquet] va être et combien de temps ça va lui prendre pour se rendre là», a souligné l'entraîneur-chef des Bleus, Danny Maciocia.

«Honnêtement, je peux dire la même chose avec Normandin, Cibasu et Nadeau-Piuze, a ajouté le pilote. Ce qu'on voit actuellement, c'est un quart qui voit le jeu au ralenti alors il est capable d'exécuter avec succès tout ce qu'on lui demande et en faisant ça, on devient plus difficile à arrêter parce qu'on est capable de bien distribuer le ballon.»

Travail

Si les deux joueurs connectent aussi bien sur le terrain, c'est également en raison de leur préparation optimale.

«On se prépare toujours pour connaître des gros matchs, a mentionné Paquet. Ce n'est pas une surprise pour moi parce qu'on a tellement mis de temps et de travail, ce sont seulement les choses qui suivent leurs cours.»

L'étudiant en relations industrielles a d'ailleurs lancé des fleurs à son quart-arrière.

«C'est un joueur très calme et il est toujours heureux, peu importe la situation, a décrit Paquet. Si les receveurs sont déçus d'un jeu, bien il va venir vers nous et nous motiver. C'est un excellent leader.»

Loin d'être terminé

Malgré leurs récents succès, les Carabins ont encore bien du pain sur la planche.

«Il y a de petites erreurs, que ce soit mentale ou d'assignation sur le terrain, a poursuivi le receveur de passes. Peu importe si sur le tableau c'est écrit qu'on a fait 100 points, nous on sait quand même quand on fait une erreur. Même si j'ai raté mon bloc, il y a peut-être eu une course de 20 verges. Ce ne sont pas des trucs que l'on voit, mais quand on fait du vidéo, on constate que l'on a encore des choses à travailler.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos