Etienne Bouchard
Agence QMI

Les recrues des Carabins veulent exceller

Les recrues des Carabins veulent exceller

Jean-Philippe Lévesque (numéro 45) fait partie du groupe de recrues des Carabins. Photo Sébastien St-Jean / Agence QMI

Etienne Bouchard

MONTRÉAL - Comme c'est le cas chaque année, des recrues essaieront de faire leur place chez les Carabins de l'Université de Montréal (UdeM) en 2016 et du côté de la brigade défensive, les jeunes Jean-Philippe Lévesque, Samuel Rossi et Guillaume D'Anjou espèrent impressionner rapidement.

Joueur défensif par excellence au sein de la première division collégiale québécoise en 2015, Lévesque pourrait être l'un de ceux appelés à chausser les «grosses bottines» de Byron Archambault, qui a quitté les Bleus au profit des Tiger-Cats de Hamilton après la campagne 2014. Les succès récents de l'UdeM l'ont d'ailleurs convaincu d'y tenter sa chance.

«À Montréal, on retrouve le meilleur groupe de secondeurs et les entraîneurs sont compétents. Si tu travailles fort, c'est l'endroit qui t'aidera à aller loin. (...) Byron et Alex Cromer-Émond, un ancien (des Faucons) du Cégep de Lévis-Lauzon comme moi, sont passés par ici et je veux suivre leur exemple», a commenté celui aspirant à une carrière de professeur en éducation physique.

Ayant dominé le réseau collégial provincial avec 75 plaqués l'an passé, l'athlète de Saint-Paul-de-la-Croix ne souhaite toutefois pas brûler les étapes.

«Je ne me mettrai pas de pression en me fixant des objectifs de performance. Je suis ici pour apprendre des autres. Je m'attends par contre à jouer et je sais que mon tour viendra», a-t-il affirmé, tout en insistant sur la camaraderie régnant dans son nouveau vestiaire. Chez les Faucons, l'esprit d'équipe était solide et j'espère que ça va se dupliquer ici. Mais je me sens chez moi, même si je viens du Bas-Saint-Laurent!»

Des alliés

À cet effet, le secondeur retrouve des visages connus, notamment celui de Guillaume D'Anjou, l'un de ses coéquipiers à Lévis-Lauzon.

«L'ambiance est formidable, mais je repars en quelque sorte à zéro. J'ai appris beaucoup au plan technique dernièrement et le ballon arrive plus vite qu'avant. Les quarts et les receveurs de passes sont plus rapides que ceux du collège, a déclaré D'Anjou. Ça va de mieux en mieux pour moi, ma force est ma bonne capacité d'adaptation et d'exécution. Il faudra seulement me renforcer un peu.»

Pour sa part, Rossi n'est pas craintif à l'idée de se retrouver en territoire inconnu.

«J'avais hâte de découvrir certaines choses, dont le football à trois essais. Le système de couvertures défensives est différent et je devrai être patient, a mentionné l'ex-membre des Nomades du Collège Montmorency, qui renouera avec Karl Prévost et Gabriel Parent, deux autres produits de cette formation.

«À l'université, les gars sont "sur la coche" et il n'y a pas de place pour les ratés. Je devrai être prêt à jouer, parce que je veux être celui auquel les instructeurs penseront s'il y a des blessés.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos