Etienne Bouchard
Agence QMI

Essais de la NFL: les Carabins bien présents

Essais de la NFL: les Carabins bien présents

Maïko Zepeda.Photo Jean-François Desgagné / Agence QMI

Etienne Bouchard

Le grand moment approche pour deux jeunes hommes d'ici qui participeront au camp régional de la NFL prévu samedi à Baltimore. Nicholas Narbonne Bourque et Maïko Zepeda, des Carabins de l'Université de Montréal (UdeM), débordent d'enthousiasme à l'idée d'impressionner les recruteurs du plus important circuit au monde.

Vendredi, ce sera l'heure du départ pour ces athlètes-étudiants qui se retrouveront sous l'œil aiguisé des espions de la NFL. Après un repas léger, quelques exercices et un sommeil réparateur, ils se dirigeront au stade samedi pour une journée très occupée.

Dans le cas de Zepeda, celle-ci commencera à 7 h du matin! Au programme : 12 tests, soit sept visant à évaluer les fameux «drills» et cinq autres où les performances physiques seront à l'honneur. Les participants ont intérêt à être à leur mieux lors de ces épreuves comprenant une course de 40 verges.

«C'est sûr que nous sommes excités, mais on doit éviter tout excès de confiance. Ça restera une belle expérience qui couronnera le travail accompli depuis les fêtes, a expliqué le centre-arrière Narbonne Bourque, jeudi. C'est aussi très important pour nous de représenter les Carabins. Si on en est rendus là, c'est grâce au programme de l'UdeM. Notre présence est une manière de redonner. Personnellement, je leur dois beaucoup.»
Zepeda a corroboré les dires de son coéquipier.

«On représente l'Université peu importe où on va. On l'a sur le cœur et maintenant, on espère faire ouvrir les yeux des gens et saisir cette opportunité, a déclaré le demi de coin. Mais il faut aussi avoir de bonnes notes à l'école et bien équilibrer le sport et les études reste un gros défi. Pour ma part, je veux m'investir pour ma réussite scolaire.»

Fourbir ses armes

Les membres des Bleus pourraient passer une cinquième et dernière année chez les Carabins si jamais ils ne peuvent se tailler un poste dans la NFL ou dans la Ligue canadienne de football. En attendant d'en connaître plus sur leur futur, ils s'efforcent d'appliquer la recette du succès inculquée par le pilote Danny Maciocia et ses adjoints.

«Je suis très proche de lui et il m'a dit de me concentrer sur moi-même. Je ne dois pas me préoccuper des autres personnes présentes là-bas. Si je fais ce qu'il faut, il n'y aura aucun problème», a émis Narbonne Bourque.

«Mon instructeur en défensive, Paulo (Paul-Eddy Saint-Vilien, le responsable des secondeurs) m'a aidé énormément en s'occupant de mes entraînements dernièrement. Et Danny m'a parlé de la façon d'évaluer des gens là-bas. Les détails comme la manière de plier les hanches et placer ses pieds peuvent faire une grosse différence», a renchéri Zepeda.

***

Danny Maciocia fier de ses ouailles

Ayant bien à cœur son rôle de mentor auprès de ses jeunes joueurs, l'entraîneur-chef des Carabins de l'Université de Montréal (UdeM), Danny Maciocia, est heureux de les voir obtenir une chance de percer les grandes ligues du football.

Toujours aussi sympathique, il a exprimé sa fierté devant la progression de Nicholas Narbonne Bourque et Maïko Zepeda, qui participeront aux essais régionaux de la NFL samedi. Le pilote des Bleus commence d'ailleurs à s'habituer à la présence de ses protégés aux plus hauts sommets : David Foucault et Byron Archambault en sont le parfait exemple.

«Je suis impressionné par les performances athlétiques et surtout académiques de ces jeunes hommes. Ils réalisent des exploits sur le terrain et à l'extérieur», a dit celui étant à Las Vegas pour un congrès.

Sans leur prédire un poste à temps plein dans la NFL ou la Ligue canadienne, Maciocia a été élogieux à l'égard de ses deux étudiants qui seront à Baltimore dès vendredi.

«Dans le cas de Maïko et de Nicholas, c'est leur force mentale qui me frappe. Ils travaillent toujours fort et sont très engagés, même quand c'est normalement congé. Et dans le vestiaire, ils amènent du leadership et incitent leurs coéquipiers à produire davantage.»

Aussi, Maciocia martèle son message de sensibilisation quant à l'importance des études dans la vie d'un athlète.

«Oui, ils doivent rester en bonne forme, mais ils ne doivent pas oublier qu'il y aura une fin à leur carrière sportive. C'est donc primordial de préparer les 40 années qui suivront sur le marché du travail, a-t-il expliqué. Notre tâche n'est pas seulement de les superviser quand ils ont un casque et des épaulettes! Il faut les encadrer dans la vie.»

Justement, quel conseil leur donne-t-il en premier lieu?

«Moi, j'ai commencé en ayant un rêve et ils doivent tout faire pour les réaliser. Si tu offres ton 100 %, tu pourras vivre avec le résultat», a-t-il affirmé.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos