Stéphane Cadorette
Agence QMI

Les Broncos avancent au Super Bowl

Les Broncos avancent au Super Bowl

Emmanuel Sanders a aidé les Broncos à vaincre les Patriots.Photo Ezra Shaw/Getty Images/AFP

Stéphane Cadorette

Dernière mise à jour: 24-01-2016 | 18h45

DENVER - Pour la huitième fois dans leur histoire, les Broncos de Denver représenteront l'Association américaine au Super Bowl, grâce à une victoire dramatique de 20-18 face aux Patriots de la Nouvelle-Angleterre, lors de laquelle Peyton Manning a fait tout juste le nécessaire, appuyé à merveille par un effort défensif mémorable.

Manning, qui a complété 17 de ses 32 passes pour des gains modestes de 176 verges, mais aussi deux passes de touché, est ainsi devenu le premier quart-arrière dans l'histoire à guider deux équipes différentes à deux reprises chacune au match ultime.

Aux abords d'un vestiaire où la joie explosait littéralement à Denver, les joueurs ont défilé un à un, distribuant les accolades et multipliant les sourires.

Manning, vétéran de 39 ans qui en sera à son quatrième Super Bowl, arborait plutôt le visage d'un homme d'affaires en mission. «C'est une victoire très satisfaisante», a-t-il noté, ajoutant toutefois que ce n'était pas le moment pour «réfléchir sur ma carrière.»

«On va savourer cette victoire, mais il reste encore deux semaines à la saison», a dit celui qui remportait un sixième duel sur les 17 de la rivalité avec Tom Brady.

Daniels s'illustre

Les Broncos se sont rapidement dotés d'une avance de 14-6 au début du deuxième quart grâce à deux passes de touchés de Manning à son ailier rapproché, Owen Daniels. Ce dernier a inscrit son deuxième touché après une interception de Von Miller aux dépens de Brady, qui a en commis deux.

Pour le reste de la partie, l'attaque a toutefois dû se contenter de deux bottés de placement et les Patriots sont revenus à la charge.

Deux bottés de placement de Stephen Gostkowski ont porté la marque à 20-12 en faveur des Broncos. Toutefois, sur le premier touché des siens, le botteur a raté la transformation, un point qui s'est avéré critique sur le résultat final.

La défensive résiste

Au quatrième quart, les Broncos, avec seulement 55 verges de gains, ont littéralement mis le match entre les mains de leur défensive, qui a stoppé les Patriots à deux reprises sur des quatrièmes essais à l'intérieur de la ligne de 20.

Lors d'un autre quatrième essai avec 10 verges à franchir, Brady a finalement rejoint Rob Gronkowski sur 40 verges, avant de renouer avec lui dans la zone des buts sur quatre verges pour réduire l'écart à 20-18. Les Patriots ont tenté une passe sur un converti de deux points qui aurait nivelé la marque, mais la tentative a avorté. «Nous avons joué ce match avec énergie et attitude. Nous savions que si nous faisions notre travail, cette partie-là était terminée», a réagi Von Miller, auteur de trois sacs.

Finale enlevante

Le 17e chapitre de la rivalité entre Manning et Brady aura donc été le neuvième à se terminer par un écart d'un touché ou moins.

«C'est un moment spécial. Toute la semaine, notre entraineur nous a demandé d'apprécier le moment et d'en profiter, On ne doit jamais rien prendre pour acquis», s'est réjoui Manning.


Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos