Etienne Bouchard
Agence QMI

Cibasu, premier de classe

Cibasu, premier de classe

Régis Cibasu (droite) a fait sa place avec les Carabins cette saison.Photo Joel Lemay / Agence QMI

Etienne Bouchard

Dernière mise à jour: 03-11-2014 | 18h06

Disputant sa première saison chez les Carabins de l'Université de Montréal, le receveur de passes et spécialiste des retours de botté Régis Cibasu a fait sa place avec sa nouvelle équipe, au point de représenter un élément-clé aux yeux de l'entraîneur-chef Danny Maciocia.

Le numéro 3 a impressionné au cours de la seconde moitié du calendrier régulier, étant choisi le joueur des unités spéciales par excellence de l'avant-dernière semaine de la campagne. Pourtant, le jeune homme de 20 ans est parti de loin, lui qui est né à Kinshasa, en République démocratique du Congo.

«Ce ne fut pas facile à mon arrivée, les demis de coin sont très rapides, surtout dans le football universitaire. Mais je veux toujours en faire plus et demeurer concentré pour bien suivre mes tracés, a-t-il commenté le week-end dernier. L'adaptation a été un peu compliquée, mais ça va mieux et se retrouver avec une bonne formation aide beaucoup.»

Ayant amassé 397 verges et deux touchés en 32 réceptions cette année, Cibasu a déjà des objectifs élevés en prévision des rencontres éliminatoires. Il n'est pas question de s'asseoir sur ses lauriers malgré la séquence de sept victoires des siens.

«Le but est de gagner la finale, tout en ayant de bonnes statistiques personnelles, a-t-il ajouté. Par contre, il n'y a pas seulement moi. On a un excellent groupe et notre quart Gabriel Cousineau comprend très bien le jeu. Il rend à l'aise tout le monde et inspire confiance.»

Dans le radar des Carabins

Le produit des Lynx du Collège Édouard-Montpetit a été l'une des premières recrues dont l'embauche a été annoncée par les Carabins à la fin 2013. Et les Bleus n'ont pas regretté leur décision.

«Je n'ai qu'un mot pour résumer Régis: spécial! Il accomplit plusieurs choses après ses attrapés, il s'impose physiquement et quand il a le ballon, il est pratiquement impossible de le lui enlever à cause de ses mains fortes, a affirmé Maciocia.

«Il est déjà très bon maintenant; imaginez dans deux ans! Parmi les recrues, il est celui s'étant le plus démarqué avec Maxime Dionne et Jonathan Boissonneault-Glaou.»

L'instructeur des receveurs, Danny Desriveaux, a corroboré les dires de son patron.

«Régis est un fabricant de jeux et à chaque fois qu'il est sur le terrain, il me fait ravaler mes paroles, tellement il est bon, a-t-il dit. On sentait dès le début qu'il aurait un impact important et il le prouve chaque semaine. Du point de vue technique, il sait quoi faire et à quel moment.»

Et pour le long terme, quelles sont les visées de Cibasu?

«J'espère évidemment jouer chez les professionnels; plus jeune, je rêvais de porter l'uniforme des Alouettes de Montréal, a indiqué celui qui hésite entre les finances et la comptabilité au plan académique. Mais pour l'instant, je me concentre sur ce que je dois faire ici.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos