Pierre Durocher
Agence QMI

Calvillo chez les immortels

Calvillo chez les immortels

Anthony Calvillo.Photo Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal / Agence QMI

Pierre Durocher

MONTRÉAL - Les partisans des Alouettes ont eu droit à un festin en ce lundi de la fête de l'Action de grâce. Après avoir ovationné Anthony Calvillo lors du retrait du numéro 13 qu'il a porté avec éclat durant 16 saisons à Montréal, l'attaque des Moineaux a explosé avec 26 points en deuxième demie.

L'effet Calvillo s'est fait sentir. Même Jonathan Crompton a eu l'air d'un véritable quart numéro 1 pour mener les siens vers cette victoire décisive de 40-9 contre les Roughriders de la Saskatchewan.

«On devrait peut-être songer à retirer le numéro 13 à chaque rencontre, a lancé en souriant l'entraîneur-chef Tom Higgins. Le moment était bien choisi pour connaître un fort match. Les gars ont assisté aux cinq dernières minutes des cérémonies et ils ont disputé une excellente deuxième demie.»

Impressionné par Crompton

Interrogé au sujet de la performance de Crompton, Calvillo a répondu: «Il gagne des matchs et c'est ce qui importe (la fiche de Crompton est de 5-1 depuis qu'on lui a confié le poste). Les attentes sont souvent trop élevées à l'endroit des quarts. Ce n'est pas facile de composer avec la pression. Sa tenue est encourageante pour l'équipe et j'ai hâte de voir la suite de la saison.

«De mon côté, j'ai eu la chance de pouvoir compter sur l'aide de Tracy Ham à mes débuts avec les Alouettes en 1998. Tout ne reposait pas sur mes épaules. Ça m'a pris deux bonnes saisons pour gagner la confiance de mes coéquipiers, a-t-il rappelé. Crompton est engagé dans la bonne direction.»

Popp a cru en lui

L'embauche de Calvillo en 1998 à titre de joueur autonome fut un coup de génie dans la carrière de Jim Popp.

«Je ne suis pas d'accord avec cette affirmation, a dit le directeur général des Alouettes. Je ne savais pas qu'il allait devenir aussi bon. Je me félicite cependant d'avoir cru en lui par la suite en lui offrant chaque fois un nouveau contrat, même si les journalistes et les amateurs réclamaient son départ.

«Anthony a finalement obtenu la reconnaissance de tout le monde lorsqu'on a remporté la coupe Grey deux années de suite, soit en 2009 et en 2010.

«Les amateurs de football du Québec sont chanceux. Calvillo est une légende et il a choisi de vivre à Montréal. Il est le parfait ambassadeur pour les Alouettes.»

L'équipe lui fera d'ailleurs de la place comme entraîneur la saison prochaine. Calvillo ne cache pas son intérêt.

Pour revenir aux cérémonies, Calvillo a beaucoup apprécié la façon dont le tout s'est déroulé à la mi-temps.

«J'étais nerveux en me rendant au centre du terrain avec ma famille, a-t-il avoué. J'ai ressenti beaucoup d'émotion lorsque j'ai visionné le montage vidéo relatant les grands moments de ma carrière.»

La ligne de 13 peinte en rouge

Des anciens coéquipiers lui ont rendu hommage, dont le receveur de passes Ben Cahoon. Calvillo a surtout été surpris de recevoir un message de félicitations de Brett Favre, la légende de la NFL.

«Il a été un quart-arrière remarquable et son hommage m'a fait plaisir.»

On aurait pu s'attendre à un message de Marc Trestman, mais il n'y en avait pas. Il faut dire que l'entraîneur-chef des Bears de Chicago lui avait déjà rendu hommage au début de la saison.

Calvillo a été impressionné par le geste posé par les dirigeants des Alouettes, qui ont souligné cette journée bien spéciale en mettant en évidence la ligne de 13 dans chaque moitié du terrain au stade Percival-Molson. On l'avait peinte en rouge avec le chiffre 13 bien en vue.

«Je suis fier de voir mon nom inscrit aux côtés des neuf autres joueurs dont le numéro a été retiré par les Alouettes», a commenté le détenteur du record de 79  816 verges de gains récoltés par la voie des airs (devant Damon Allen et Favre, qui a établi la marque dans la NFL).

«Je suis heureux de faire partie de l'histoire. Je sais toutefois que lorsque l'équipe retirera d'autres numéros dans 30-40 ans, les amateurs ne se souviendront plus de ce que j'aurai réalisé comme exploits.»

Calvillo n'a pas manqué de remercier publiquement ses anciens coéquipiers, de même que Popp et le propriétaire Bob Wetenhall, qui étaient sur place pour cet hommage rendu au célèbre numéro 13.

À la fin de son discours, Calvillo a eu la délicatesse de s'adresser aux partisans en français.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos