Maciocia prend les commandes de la défensive


Mathieu Boulay

Danny Maciocia n'a jamais eu peur des défis au cours de sa carrière. L'entraîneur des Carabins de l'Université de Montréal a annoncé jeudi qu'il prendrait le poste de coordonnateur défensif de son équipe pour la saison 2013.

Il comblera le départ de Noel Thorpe qui a été embauché pour le même emploi par les Alouettes de Montréal la semaine dernière. Maciocia a pris sa décision après quelques jours de réflexion avec son équipe d'adjoints.

«J'avais élaboré plusieurs scénarios, mais je voulais assurer une continuité au sein de notre formation, a déclaré Maciocia lors d'un point de presse jeudi. J'en suis venu à la conclusion que je devais prendre les rênes de la défensive.»

Même s'il a reçu des curriculum vitae du Québec, du Canada et même des États-Unis, le pilote des Bleus voulait donner l'emploi à l'interne, mais les candidats n'étaient pas encore prêts à assumer la tâche.

«Tony Addona et Ronald Hilaire n'avaient qu'une saison d'expérience avec les Carabins, a-t-il mentionné. Ils connaissaient notre système, mais d'appeler les jeux, c'est une situation complètement différente. Ils ont encore besoin de quelques années afin d'acquérir cette confiance nécessaire pour appeler les jeux.»

La dernière fois qu'il a dirigé une défensive remonte à 1998 et 1999, alors que Maciocia était à l'emploi des Alouettes et d'une formation en Italie.

«Pendant ces deux saisons, on avait obtenu une fiche cumulative de 19-1, en plus de gagner deux championnats en Europe. Je suis donc très à l'aise avec ce rôle, a déclaré le Montréalais sur un ton convaincant. Comme coordonnateur à l'attaque, je connaissais les défenses qui me causaient des problèmes et je crois que c'est un avantage que je possède et que je vais utiliser.»

Desriveaux et Raymond s'amènent

Par ailleurs, les Bleus ont embauché Danny Desriveaux comme entraîneur des receveurs de passes et Fabrice Raymond comme responsable des demis défensifs.

«Quand une personne comme Danny Maciocia t'offre un emploi, c'est dur de le refuser, a affirmé Desriveaux, qui a accroché ses crampons mardi. Il est un exemple pour ceux qui veulent commencer une carrière d'entraîneur.

«C'est une belle opportunité pour moi, car c'est une formation qui est très compétitive et qui aspire aux grands honneurs à chaque année. Nous sommes bien entourés et c'est comme cela que tu bâtis du succès.»

Celui-ci ne sait pas encore quel type d'entraîneur il sera.

«C'est difficile à dire pour le moment, a expliqué celui qui a été receveur de passes dans la LCF pendant six campagnes. Je crois que je voudrai me rapprocher de ma personnalité qui est calme et zen. Je vais apporter une attention particulière aux détails.»

Cette mentalité pourrait générer du succès avec les Davidson, Morin-Phaneuf, Ndao et compagnie, car la plupart des receveurs ne sont pas volubiles et ils préfèrent laisser parler leur talent sur le terrain.

Quant à Fabrice Raymond, il a passé les six dernières années avec les Spartiates du Vieux-Montréal en première division de la Ligue collégiale de football du RSEQ.

«J'ai été grandement impressionné quand je l'ai rencontré, a admis Maciocia. Par la suite, ça nous a pris deux ou trois minutes pour s'entendre sur les modalités d'une entente.»

Raymond aimerait apporter de l'agressivité à cette position au cours de la prochaine campagne.

Finalement, après une carrière de cinq saisons avec les Carabins, l'ancien secondeur Olivier Fréchette-Lemire a été embauché comme adjoint à la défensive.


Vidéos

Photos