Membres Canoe.ca

Boxe

«Si j'étais à sa place, je serais nerveux...» - Joachim Alcine

 
Le Journal de Québec
04/07/2007 08h58 
Plutôt jovial de nature, Joachim Alcine n'a pu s'empêcher de sourire lorsqu'un journaliste américain a déclaré qu'il semblait y avoir énormément d'animosité entre lui et Travis Simms.

«De l'animosité? Je ne déteste pas ce gars-là du tout, mais lui semble réellement me mépriser, ou à tout le moins, me sous-estimer à outrance, a déclaré le boxeur lavallois, après une courte séance d'entraînement tenue dans un gymnase de Bridgeport. Mais entre vous et moi, ce n'est pas un hasard si Simms, que l'on dit généralement très calme, me lance autant d'insultes depuis quelques jours. Je le sens nerveux. De plus en plus nerveux.

«Remarquez que je serais nerveux à sa place, insistait Alcine. Avec cette performance fort douteuse qu'il a servie le 6 janvier à Miami, face à Jose Antonio Rivera, il ne doit pas être si convaincu que ça d'être capable de me battre...»

Le 6 janvier, Simms (25-0-0) avait reconquis son titre mondial des poids super mi-moyens de la WBA, en disposant de Rivera par K.-O. technique. Mais Simms avait boxé fort prudemment face à un rival hésitant, même amorphe par grands bouts.

Simms avait été dépouillé du titre en 2004, après avoir engagé une poursuite judiciaire contre la WBA.

Il réalisera une défense obligatoire de cette ceinture samedi soir à l'aréna Harbour Yard de Bridgeport, où il fera face au premier aspirant à la ceinture, Alcine (28-0-0).

Un journaliste new-yorkais a demandé à Joachim quelle stratégie au juste il entendait utiliser pour maîtriser Simms.

«Simms n'a ni mon intensité, ni mon énergie, ni ma force physique, a déclaré Alcine. Il vivra une soirée éprouvante, j'en suis sûr et certain. Je vais le pourchasser et l'attaquer sans le moindre répit. C'est comme ça que j'ai battu l'Argentin Javier Mamani l'été dernier au Stade Uniprix. On va bien voir si Simms est capable de résister à un tel traitement durant 12 rounds, comme Mamani l'a fait».

Un commentateur sportif de New Heaven lui a demandé ce qu'il comptait faire avec cette ceinture qu'il croit pouvoir ravir à Simms.

«Je vais la défendre fréquemment et empocher beaucoup d'argent, a-t-il répondu. La conquête d'un titre mondial, ce n'est pas seulement un honneur extrême dans le domaine de la boxe professionnelle, c'est une clef pour s'enrichir. Je veux faire beaucoup d'argent pour sécuriser ma famille, et venir en aide à des enfants pauvres en Haïti qui ne mangent pas à leur faim. J'ai grandi en Haïti, alors, je sais ce que c'est».

Un autre journaliste a demandé à Alcine s'il appréciait vivre à Montréal.

«C'est une ville magnifique, où je me sens superbement appuyé par les amateurs de boxe, a mentionné le boxeur québécois de 31 ans. Au Québec, les amateurs de sports me respectent et me félicitent constamment, mais jamais je me sens harcelé par qui que ce soit. C'est franchement chouette de vivre au Québec».






[Autres nouvelles]
[an error occurred while processing this directive]
  DANS LE SPORT
[an error occurred while processing this directive]
Dossiers
[an error occurred while processing this directive]