Serge Arsenault veut créer une grosse fête du vélo


Yvan Martineau

«On a besoin de visionnaires et de leaders, et c'est extraordinaire pour Montréal et Québec, les événements que Serge Arsenault met sur pied.»

Le président du Groupe TVA, Pierre Dion, s'est exprimé ainsi lors de la conférence de presse dévoilant les nouveaux projets d'envergure de celui qui est le maître d'œuvre déjà des Grands Prix cyclistes de Québec et Montréal.

En 2013, avec Québecor et TVA parmi ses partenaires principaux, Arsenault innovera en ajoutant des événements cyclotouristes et cyclosportifs d'un jour à l'occasion des Grands Prix, qui attirent ici l'élite mondiale de la spécialité. Les participants auront le choix de boucles de 95, 145 et 190 km, à Montréal et à Québec.

À ces randonnées de masse, l'agence de voyages Sur la route a imaginé des parcours de rêve non pas d'une journée, mais d'une semaine, pour amener ici les Européens, qui se mêleront aux Québécois.

«Je suis déjà fébrile, a ajouté M. Dion. On va pédaler une journée à Québec, puis assister à une course des professionnels le lendemain dans la Vieille Capitale. On va remonter sur notre vélo à Montréal 24 heures plus tard, puis encore tenir une course à observer sur le mont Royal le jour suivant.»

Vélo et convivialité

«Si on ajoute les nouvelles randonnées aux deux courses et au Challenge Sprint, nous aurons alors une semaine entière de fête du vélo, s'est réjoui Serge Arsenault. C'est ce que je veux : du vélo et de la convivialité.»

«Les trois boucles montréalaises s'élanceront en même temps d'un même point, l'avenue du Parc, comme les professionnels», a précisé le parrain Bernard Vallet, qui a pris part au Tour de France à une dizaine de reprises. Vallet aimerait bien imiter le succès de l'Ardéchoise, qui attire chaque année 15 000 personnes en France.

Le 14 septembre, les participants quitteront Montréal pour sillonner les routes de la Montérégie, superbes pour la pratique du cyclotourisme, notamment en raison de tous les produits du terroir que l'on peut y retrouver. Évidemment, ceux qui vont s'offrir les 190 km le feront par soif de défis, et non pour les cidres de glace ou les couleurs des vergers.

«En s'associant aux deux volets de l'événement, celui des professionnels et celui destiné aux amateurs, Québecor contribue à satisfaire l'engouement croissant des Québécois pour cette activité qui suscite de vives passions, a ajouté par communiqué le président et chef de la direction de l'entreprise, Pierre Karl Péladeau.»

«Ceux qui auront envie d'un bain de culture et de sport, a de son côté précisé Richard Rémy de Surlaroute.ca, pourront s'inscrire aux deux forfaits d'une semaine où les gens d'ici se mêleront aux Européens et autres touristes afin de pédaler, mais aussi d'aller observer les baleines, de faire du kayak de mer, de visiter Charlevoix, de s'élancer dans D'arbre en arbre, etc.»

Plusieurs vedettes

Déjà, plusieurs personnalités ont confirmé leur intérêt pour «La Montréalaise» et «La Québécoise», dont Josée Lavigueur, Sébastien Delorme et Michel Jean.

Par mesure de sécurité, les départs seront groupés et encadrés.

«Il n'y a pas de randonnée de courte distance et c'est voulu ainsi, a expliqué Arsenault. Je souhaite que les gens s'entraînent tout au long de l'été pour s'offrir le cadeau d'une meilleure forme toute l'année et pas seulement le temps d'une journée.»

Les détails du programme de Québec seront dévoilés mardi, dans la Vieille Capitale. On sait déjà que les départs auront lieu sur la Grande Allée.

Les Grands Prix sont les deux seules compétitions de l'Union cycliste internationale (UCI) d'un aussi haut niveau à se dérouler en Amérique du Nord. Chaque fois, à Montréal autant qu'à Québec, ce sont plusieurs dizaines de milliers d'amateurs qui se massent sur le mont Royal et aux abords du Château Frontenac.


Vidéos

Photos