Oprah diffusera l'entrevue d'Armstrong sur deux jours


Yvan Martineau et Alexandre Parent

Dernière mise à jour: 15-01-2013 | 17h53

La populaire animatrice Oprah Winfrey a décidé, mardi, au lendemain des aveux de dopage formulés par le cycliste Lance Armstrong, de modifier sa stratégie de diffusion.

Ainsi, l'entrevue enregistrée lundi sera présentée sur deux jours, soit jeudi et vendredi. Initialement, le tout devait être diffusé un seul soir, jeudi.

Mme Winfrey a commenté sa rencontre avec celui qui a été déchu, mardi, sur les ondes de CBS.
«Mon équipe et moi avons été stupéfaits par certaines de ses réponses. Il a répondu à nos questions les plus importantes. Il avait l'air bien préparé pour l'entrevue.
«Les questions essentielles, celles que se posent les gens à travers le monde, ont été formulées. Et il y a répondu.»

Aussi sur Canoe.ca

Faire tomber des têtes

Après s'être confié, voilà que le cycliste Lance Armstrong s'apprêterait à mettre des têtes dirigeantes de l'Union cycliste internationale (UCI) au banc des accusés.

Mardi, le «New York Times» a écrit qu'Armstrong, selon certaines sources proches de l'athlète, «se prépare à dénoncer des patrons de l'UCI qui étaient au courant et qui lui ont même facilité les choses.»

Il est question de «plusieurs personnes, mais l'Américain n'entacherait aucun autre cycliste.»
C'est également l'avis de l'ancien cycliste Yannick Cojan, qui est maintenant enseignant au Collège Français, à Longueuil.

«Je suis surpris qu'il passe aux aveux puisqu'il a beaucoup à perdre, a-t-il tout d'abord indiqué en entrevue téléphonique à l'Agence QMI. Mais je crois que d'autres personnes tomberont avec lui. Des gros noms.»

Alléger ses sanctions

Cojan connaît un peu la bête puisqu'il a côtoyé Armstrong lors du sacre du Texan au Championnat du monde de cyclisme sur route d'Oslo en 1993. «J'y étais à Oslo et Lance est quelqu'un qui aime l'attention, a ajouté l'ex-cycliste. Je crois qu'il y avait beaucoup de pression autour de lui.

«Toutefois, je pense qu'il désire alléger ses sanctions pour pouvoir continuer à faire des courses, en triathlon par exemple.»

Si Cojan n'est pas tendre envers Armstrong, il tente tout de même d'y trouver un peu de positif.

«Oui, il y a le Lance qui doit faire face aux conséquences (de ses actes), mais il y a également le Lance qui a fait du bien. Si le vélo est fort, c'est en partie grâce à lui. Et il ne faut pas oublier sa fondation Livestrong.»

Toujours au Québec, Stéphane Tremblay, l'un des dirigeants de l'équipe EKOI/Devinci, qui vient à nouveau de recevoir une licence UCI continentale pour la prochaine saison, a commenté le passage de Lance Armstrong chez Oprah en indiquant «qu'il fait très mal à notre sport et espérons qu'on pourra maintenant tourner la page et passer à autre chose pour le bien de nos jeunes athlètes.»

Un tricheur, mais pas un con

Expert en course cycliste, Louis Barbeau n'est pas dupe sur les intentions d'Armstrong en acceptant une entrevue à la télé.

«On sait simplement qu'il a avoué, de commenter Barbeau, le directeur général de la Fédération québécoise des sports cyclistes. Mais, je serais surpris qu'il ait expliqué dans le détail son mode de fonctionnement.»

«À mes yeux, Armstrong est un tricheur, mais il n'est pas con. Il a choisi sa tribune et il y avait certainement une liste de questions sur laquelle il s'était entendu afin qu'elles ne soient pas posées.»

Barbeau soutient que les confidences du champion déchu de sept Tour de France «sont une opération de relations publiques».

«Ce gars-là est hargneux, arrogant, il se croit au-dessus de tout et ce n'est sûrement pas un hasard s'il a décidé de parler. Il a calculé son coup.»

C'est également l'avis de Cojan. «Armstrong est un "freak control". Il n'a pas laissé de place au hasard et je crois qu'il connaissait les questions d'avance.»


Vidéos

Photos