Mathieu Horth-Gagné
Agence QMI

«Sugar» Hill a injecté une bonne dose de confiance à Steve Bossé

«Sugar» Hill a injecté une bonne dose de confiance à Steve Bossé

Sébastien St-Jean / Agence QMI

Mathieu Horth-Gagné

SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU | Steve Bossé abordait déjà son combat contre Jean Pascal le 29 juin à la Place Bell de Laval avec optimisme. Son association avec Javan «Sugar» Hill, patron du légendaire Kronk Gym à Detroit, lui a donné une dose supplémentaire de confiance.

«Le fait qu'il a regardé mes combats et que cela lui a donné l'envie de s'impliquer, c'est incroyable», a reconnu Bossé, mercredi, dans le cadre d'un entraînement public au Dooly's de Saint-Jean-sur-Richelieu.

«La présence de Sugar donne beaucoup de confiance à Steve, a pour sa part indiqué Yvon Michel, le promoteur de l'événement. Et c'est la chose la plus importante pour un frappeur de puissance. Un cogneur qui n'a pas confiance est un cogneur démuni.»

Direction Detroit

Bossé, qui a remporté son premier combat de boxe professionnel par K.-O. contre le Bolivien Julio Cuellar Cabrera en février au Casino de Montréal, ne se contentera pas de suivre les conseils de Hill du confort de son foyer. Ce week-end, il prendra la direction de Detroit, où il montera dans le ring du Kronk, un gymnase reconnu comme étant un des plus durs en Amérique.

«Quand il [Sugar] m'a proposé de l'accompagner à Detroit, j'ai tout de suite accepté, même si je savais que ce serait difficile, a affirmé Bossé, un ancien combattant d'arts martiaux mixtes et dur à cuire au hockey. Surtout que cela fait un mois et mon épouse et mon garçon sont au Saguenay et là, je serai parti pour encore trois semaines.»

«Je vais affronter des partenaires d'entraînement de haut niveau. Cela va me permettre d'aller chercher la petite coche que je n'aurais pas pu atteindre ici», a-t-il ajouté.

Viande fraîche

Si Bossé ne sait pas exactement ce qui l'attend au Kronk, Hill, lui, en est bien conscient.

«Il sera de la viande fraîche, a lancé celui qui entraîne également Adonis Stevenson. Les gars voudront lui donner une raclée. Ils voudront qu'il sache que tu dois mériter ce que tu gagnes au Kronk.»

«Il va prendre beaucoup d'expérience rapidement, a-t-il poursuivi. Il affrontera plusieurs boxeurs avec des styles différents. Nous ne travaillerons pas beaucoup à l'extérieur de ring.»

Un test

Le passage de Bossé à Detroit peut aussi être considéré comme un test, un baromètre pour voir comment il va se débrouiller contre Pascal, un ancien champion du monde.

«Au Kronk, Steve sera entouré de boxeurs affamés, qui n'ont peut-être pas eu leur chance. Il mettra les gants contre eux. S'il passe à travers, il sera aguerri et prêt [pour le 29 juin]», a raconté Michel.

«Il y a un risque qu'il ne soit pas de calibre, a-t-il continué. Si c'est le cas, il ne sera pas de calibre contre Jean Pascal.»

La possibilité d'un échec ne semble pas avoir traversé l'esprit de Bossé. «Pascal fait partie de l'élite mondiale, mais c'est un gars qui se fait toucher, a-t-il expliqué. Il va donner un bon spectacle et il va échanger. Je sais que tôt ou tard, je pourrai l'atteindre. Je vais l'amener dans une guerre et je peux le battre par K.-O..»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos