TVA Sports
Agence QMI

Une stratégie payante établie par Stéphan Larouche

Une stratégie payante établie par Stéphan Larouche

Photo Pierre-Paul Poulin

TVA Sports

Jean Pascal vient d'accomplir l'une des plus imposantes missions de sa carrière et il doit une fière chandelle à son entraîneur Stéphan Larouche.

Celui qui était aux côtés de Lucian Bute lorsqu'il a gagné et défendu à maintes reprises la ceinture de champion des super-moyens de la IBF a veillé sur la préparation de Pascal (32-5-1, 18 K.-O.), qui en a surpris plusieurs en battant vendredi, en Floride, l'Égyptien Ahmed Elbiali par K.-O. technique.

«Il a lui-même réalisé que le Jean Pascal de 24 ou 25 ans n'était plus là. C'est un nouveau boxeur, dans le sens qu'il a 35 ans. Il y a des choses qu'il fait différemment dans un ring», a noté l'entraîneur chevronné sur les ondes de TVA Sports, lundi.

«Tu cognes un peu plus fort qu'avant, mais moins rapidement. T'es fort physiquement et confiant. T'as une brutalité que tu peux assumer. Jean s'est battu de cette façon-là.»

La stratégie de Larouche était claire en partant. Il n'était pas question d'entamer le combat en visant le K.-O. ou l'«uppercut» expéditif. C'était un plan axé sur l'endurance, une bagarre de rue.

«Il a mis le Roy Jones et le Floyd Mayweather de côté, a imagé Larouche. C'est le Jean Pascal physiquement fort qui s'est présenté. C'était la seule manière de vaincre ce gars-là. On a travaillé là-dessus en gymnase.»

«C'est ce que Jean a appliqué. Il a été très opportuniste. Il a souvent touché la cible. Il s'est battu comme un boxeur de 35 ans avec les outils qu'il avait.»

Se retirer la tête haute

Si certains doutent des propos de Pascal, il ne fait aucun doute pour Larouche : la retraite a bel et bien sonné pour le Lavallois.

«Combien de boxeurs ont la chance et le privilège de se retirer sur une belle note comme ça?, a demandé Larouche. Combien ont la chance de gagner un combat extérieur à Miami, à ciel ouvert, contre un adversaire invaincu?

«Soyons honnêtes, tout le monde le prenait pour vaincu. Il était le négligé, mais nous y avons cru jusqu'à la fin. Ce fut une très belle expérience.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos