Mathieu Boulay
Agence QMI

La tension monte

La tension monte

David LemieuxPhoto Martin Alarie

Mathieu Boulay

VERONA, New York - Les esprits se sont échauffés entre David Lemieux et Curtis Stevens lorsqu'ils se sont rencontrés par hasard dans un couloir du Casino Turning Stone, jeudi matin.

Stevens venait de terminer une entrevue avec les représentants du Journal de Montréal. Puis, alors qu'il tentait de regagner sa chambre d'hôtel, il a croisé Lemieux qui se dirigeait vers une salle où il avait un entretien avec le réseau américain HBO.

L'Américain a lancé les premières insultes en direction du Québécois qui n'a pas voulu s'en laisser imposer.

«Je vais te knocker samedi à moins que tu veuilles qu'on fasse cela maintenant», a crié Lemieux en s'approchant de Stevens.

Toutefois, le tout s'est arrêté là alors que des membres des équipes des boxeurs se sont interposés. Quelques minutes, Lemieux a mentionné à l'auteur de ces lignes.

«Je sais qu'il voulait simplement mettre de l'huile sur le feu, a-t-il affirmé. Et moi, je suis le feu.»

Son promoteur Camille Estephan était aux premières loges, mais il n'a pas été inquiété par la réaction de son boxeur.

«David a hâte que ce combat commence, a mentionné le patron d'Eye of the Tiger Management. Je sens qu'il est émotif, mais de la bonne façon. Il canalise bien ses énergies même si Stevens l'énerve au plus haut point.

«Je lui ai dit cependant d'attendre à ce qu'il soit dans le ring devant les caméras de HBO avec son adversaire pour régler le compte de Stevens.»

Stevens: aucun respect

Quelques minutes plus tôt, Stevens donnait une généreuse entrevue où il a livré ses états d'âme au sujet de son important duel de samedi.

«C'est un gros combat pour la division des poids moyens. On est deux des gros noms de cette catégorie, a souligné Stevens. Je ne pense pas à ce qui pourrait arriver après ce combat.»

Par la suite, il a lancé une flèche à l'endroit de Lemieux.

«Il n'est pas capable de boxer. Du moins, je ne l'ai jamais vu le faire pendant ses combats, a indiqué le protégé de Main Events. C'est plutôt un gars qui aime foncer et échanger des bombes.

«Pour ma part, je me considère plus comme un pugiliste polyvalent alors que je suis capable d'adapter mon style selon mon adversaire.»

Il a aussi avoué qu'il n'avait pas de respect pour Lemieux.

«Non, je n'en ai pas, a affirmé le cogneur de 31 ans. Il y a des boxeurs pour qui tu peux en avoir comme personne, mais d'autre pas comme lui.

«Je ne veux pas seulement lui faire mal. Je veux l'envoyer au pays des rêves pour le compte.»

Jackson en rajoute une couche

Pendant ce temps, son entraîneur s'attend à un duel explosif.

«Le premier qui placera un coup de puissance mettra le feu aux poudres et il sera intéressant de voir la réaction de celui qui le recevra, a déclaré John David Jackson. Je n'aimerais pas que mon boxeur soit impliqué dans des échanges musclés dès le départ.

«Je sais que les deux boxeurs ont la puissance pour le faire.»

Il estime que son poulain est un meilleur boxeur que Lemieux.

«Je crois qu'il a plus d'outils dans son coffre, a-t-il mentionné. Si le combat devient plus technique, ça sera à l'avantage de Curtis.

«Je sais qu'il est capable d'échanger avec Lemieux, mais pourquoi le ferait-il ? Il peut aussi gagner le combat en utilisant son jab.»

Jackson en sera à son troisième combat dans le coin de Stevens. Depuis le début de leur association, son boxeur a peaufiné sa technique.

«Il avait un gros crochet de gauche, mais il avait plus que cela, a raconté l'ancien boxeur. Il a également une main droite qui pourrait en surprendre plus d'un.»



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos