Agence QMI

Pascal subit une autre défaite contre Kovalev

MONTRÉAL - Le Russe Sergey Kovalev a conservé ses ceintures mondiales des mi-lourds de l'IBF, de la WBA et de la WBO, samedi soir au Centre Bell, l'emportant au terme de sept rounds contre Jean Pascal.

Par conséquent, le vainqueur a savouré un deuxième triomphe en autant de sorties contre son rival, qui ne compte qu'un gain à ses quatre plus récentes prestations.

Pascal (30-4-1, 17 K.-O.) a fait piètre figure tout au long de l'affrontement, à un point tel que son entraîneur Freddie Roach a lancé la serviette avant le début du huitième assaut. Le choc entre les deux hommes a été marqué par la précision du jab du gagnant, qui a gardé à distance son «grand ami». Ce dernier a de son côté généré pratiquement pas d'offensive, hormis au troisième round.

«Kovalev a fait du bon travail ce soir. Félicitations à lui! Je serai de retour!», a commenté le perdant après son revers.

Pas dans le coup

Ayant fait son apparition dans l'arène au son d'une chanson entonnée par l'ex-champion Roy Jones fils, Pascal a rapidement été touché par le détenteur de la ceinture, qui s'est présenté dans le ring avec l'ancien porte-couleurs du Canadien de Montréal Alex Kovalev derrière lui.

Le Russe a atteint la cible avec un jab au visage et son adversaire a brièvement visité le tapis.

L'arbitre québécois Michael Griffin a jugé la chute accidentelle, même si la reprise vidéo semblait montrer le contraire.

Profitant d'une portée supérieure, le monarque a été plus incisif en attaque lors des deux premiers assauts grâce à ses jabs et ses crochets. Pendant ce temps, l'aspirant tentait de décocher de larges coups quand il se décidait à bouger.

Au troisième round, le protégé de Roach a connu d'excellents moments en dépit des répliques de son vis-à-vis. Quelques gauches solides ont frappé la tête de Kovalev, qui n'a pas paru trop ébranlé. D'ailleurs, celui-ci est revenu en force à la reprise suivante, cognant solidement Pascal lorsqu'il avait le dos aux câbles.

Visiblement ennuyé par le jab de l'Européen, le boxeur de la Belle Province a été dominé d'un bout à l'autre au cinquième round, ne réussissant qu'un coup, comparativement à une trentaine environ pour Kovalev (29-0-1, 26 K.-O.). Devant l'incapacité de son poulain à riposter - celui-ci se contentant de rester penché pour encaisser plusieurs salves pendant de longues secondes, Roach a bien failli mettre fin au combat, mais son pugiliste l'a convaincu du contraire.

Stevenson s'en mêle

Pendant son entrevue d'après-combat, Kovalev a nargué Adonis Stevenson, champion du WBC, en le traitant de «peureux» («chicken» en anglais), tout en mimant les cris de cet animal.

Habillé en tuxedo, le Longueuillois a aussitôt tenté de s'en prendre au champion et il a fallu plusieurs individus pour les empêcher de se battre.

Le favori local avait vaincu Yunieski Gonzalez le 25 juillet dernier après sa défaite contre Kovalev le 14 mars 2015.

Les deux pugilistes avaient facilement respecté la limite de poids durant la pesée de vendredi. Pascal et son vis-à-vis ont fait osciller l'aiguille de la balance à 174,3 et 174,6 lb respectivement.

Une foule de 9866 spectateurs a assisté au gala.

Aussi sur Canoe.ca




Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles votre fil Facebook

Sergey Kovalev trop fort pour Jean Pascal

Voir en plein cran

Vidos

Photos