Mathieu Boulay
Journal de Montréal

Mayweather a volé la vedette

Mayweather a volé la vedette

AFP

Mathieu Boulay

TORONTO | Dès qu'il a mis les pieds à Toronto mercredi, Floyd Mayweather et ses nombreux sujets ont retenu l'attention des amateurs et des médias. Ce n'est donc pas surprenant d'assister à la même scène pendant le gala.

Lorsqu'il a fait son arrivée au Centre Air Canada, Mayweather a attiré les projecteurs même si on était au beau milieu d'un combat. On croyait que c'était une bagarre dans les estrades en raison d'un attroupement qui s'est crée soudainement dans une section. Ce fut équivalent à une vedette du monde de la musique. Une Céline Dion mettons.

Pour le combat de son poulain, «Money» s'est assis aux abords du ring pour voir l'action de près. Il était à quelques pieds d'un des trois juges et des commentateurs du Canal Indigo, Mario Langlois et Bernard Barré.

Le boxeur a passé la majorité des 12 rounds debout en train de donner des directives à Badou Jack. Il n'a pas hésité à critiquer l'arbitre Ian-John Lewis alors que celui-ci a réprimandé son poulain pour quelques coups en bas de la ceinture du champion. On l'a vu sauter de joie lors des bons moments de Jack pendant la deuxième moitié du combat.

Au point que certains spectateurs lui ont dit de demeurer assis pendant les rounds. Comment a-t-il répondu ? Simplement avec un sourire, mais le message était passé.

Toutefois, on peut également se poser une question : ses paroles et ses gestes ont-ils eu un effet sur les pointages du juge qui était assis à quelques pieds de lui ? On ne le saura peut-être jamais, mais sa présence n'a pas dû nuire.

Une main en compote

Au chapitre des blessures, Jack semble être celui des deux finalistes qui a le plus souffert sur le plan physique. Lorsque le représentant du Journal lui a tendu la main droite pour lui la serrer, il n'a pas été en mesure de lui rendre la pareille.

«Ma main me fait un peu mal, a admis le Suédois avec le visage tuméfié. Je ne pense pas que c'est grave, mais le repos va lui faire du bien.

«Je ne crois pas que c'est en raison des bandages, car Russ Anber a fait de l'excellent boulot à ce niveau. C'est le meilleur dans le monde de la boxe.»

Pour ce qui est de Stevenson, il n'avait pas subi de fracture au nez comme on le croyait. Cependant, la plus importante se situe entre ses deux oreilles. Il s'est rendu compte qu'il n'était pas invincible et cette blessure pourrait laisser des traces jusqu'à la fin de sa carrière.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos