«Québec, c'est aussi chez moi» - Bute

Boxe

Lucian Bute Photo Jocelyn Malette/ Agence QMI

QUÉBEC - La visite de Lucian Bute à l’occasion du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec ne pouvait pas passer incognito, jeudi, compte tenu de l’engouement que soulève depuis les derniers jours la perspective d’un combat contre Jean Pascal.

Bute apparaît dans une belle forme et de fort bel humeur. Il commence à bien connaître Québec. Le stade du PEPS a notamment été évoqué pour la tenue du combat. Cependant, cela signifierait un duel en plein air, un très gros risque avec la température en mai.

«Peu importe la ville, ça ne me dérange pas. Je suis aussi chez moi à Québec. Je garde d’excellents souvenirs de mon combat contre Librado Andrade (le deuxième) et celui contre Glen Johnson. Je ne me suis jamais toutefois battu à l’extérieur et je ne sais trop ce que pourrait être la température au moment où le combat aura lieu», a-t-il expliqué lors de son arrêt à l’aréna de Bernières-Saint-Rédempteur.

Par contre, le Centre Bell reste le plateau idéal. Ni Bute ni Pascal n’ont encore réussi à s’y battre à guichets fermés.

L’ex-champion mondial des super-moyens a étonné en prévenant son promoteur, Jean Bédard, qu’il était intéressé à affronter Pascal. Avant tout, il tient à monter de nouveau dans l’arène.

«Si je ne me bats pas contre Pascal, alors contre qui? Je me suis rendu à Atlantic City pour voir le combat éliminatoire remporté par Sakio Bika. C’était ennuyant. Un combat comme beaucoup d’autres dans l’année. HBO n’était pas satisfait du produit. Le réseau n’est pas intéressé à récidiver avec Bika.»

Le dossier Froch

Bute se montre toujours intéressé par une revanche contre Carl Froch. «Mais encore là, quand? Il se battra contre Mikkel Kessler le 25 mai. S’il est blessé, si une défaite l’incite à prendre sa retraite, je fais quoi? La WBC a évoqué la possibilité d’un combat de championnat mondial, mais personne ne nous a encore soumis une offre. Je ne peux pas constamment dépendre des autres.»

Dans le contexte actuel, Bute estime que Pascal représente le meilleur scénario.

«J’ai dit à Jean (Bédard) que je voulais ce combat. Il lui appartient de l’organiser. Je ne sais rien pour l’instant de l’état des négociations. Cependant, je suis convaincu que l’intérêt sera très élevé, non seulement au Québec, mais dans plusieurs pays.»

Bute tient tellement à cet affrontement qu’il est prêt à attendre si le protégé de GYM ne peut pas se libérer de son engagement contre Chad Dawson également prévu le 25 mai.

«Ce n’est pas la fin de monde de passer quelques mois sans se battre. Je profiterai d’une longue période de repos.»

Bute n’est pas sans savoir que Pascal le provoquera verbalement dès le jour où les contrats seront signés. «C’est son style, pas le mien. L’issue du combat est ce qui parlera le plus.»


Vidéos

Photos