Benoît Rioux
Agence QMI

Josué Peley: de joueur à interprète

Josué Peley: de joueur à interprète

Josué Peley.Photo Charles-Antoine Gagnon / Agence QMI

Benoît Rioux

MONTRÉAL - Prenant sa retraite comme joueur, le Québécois Josué Peley atteindra finalement le baseball majeur en devenant interprète dans l'organisation des Blue Jays de Toronto.

«L'occasion était trop grande pour la laisser passer», a résumé l'ancien des Capitales de Québec, lors d'un entretien téléphonique, mardi.

Pendant des années, Peley a rêvé d'atteindre les grandes ligues, grâce à son coup de bâton et sa polyvalence en défensive. Le Montréalais d'origine vénézuélienne ne s'est jamais douté que ce sont ses habiletés à parler espagnol qui allaient finalement lui permettre de faire le grand saut.

En embauchant Peley, afin de mieux appuyer les joueurs unilingues hispanophones, les Jays ont par ailleurs mis la main sur un interprète de luxe. Il sera effectivement mis à contribution pour lancer des pratiques au bâton et peut-être même, en tant qu'ancien receveur, capter des tirs dans l'enclos.

«C'est sûr que je reste dans le baseball, ça risque d'être plus facile comme transition», a admis Peley, qui, à 28 ans, aurait forcément joué encore un peu sans cette opportunité tombée du ciel.

«Pendant les deux dernières années, je continuais de jouer parce que j'avais du plaisir à le faire, je n'avais plus l'espoir de percer dans le baseball majeur», a admis celui qui avait été repêché en 25e ronde par les Nationals de Washington en 2005 avant d'être appelé au 35e tour, l'année suivante, par les Pirates de Pittsburgh.

Après quelques saisons dans l'organisation des Pirates, Peley a aussi évolué dans les filiales des Red Sox de Boston jusqu'au niveau AA.

La boîte à souvenirs

Interrogé sur ses plus beaux souvenirs en tant que joueur, le Québécois a évidemment nommé le jour où il a été repêché pour la première fois, mais aussi sa superbe saison avec les Ailes du Québec, en 2004, quand l'équipe avait remporté la Coupe Canada.

«Je m'en rappelle comme si c'était hier», a-t-il dit, glissant au passage les noms de ses anciens coéquipiers Philippe-Alexandre Valiquette, Alexandre Périard et Renaud Caron-Catellier, parmi tant d'autres.

«Dans le baseball professionnel, les années où j'ai eu le plus de "fun", ça demeure définitivement celles avec les Capitales», a ensuite souligné Peley, qui a remporté les championnats de 2012 et de 2013 de la Ligue Can-Am avec l'équipe.

À partir des prochains jours, grâce à son nouveau rôle avec les Jays, Peley ajoutera certainement quelques éléments dans sa précieuse boîte à souvenirs. En attendant, il a tenu à lever sa casquette au président des Capitales Michel Laplante et au gérant Patrick Scalibrini «qui font un travail incroyable».

À propos des Capitales, ils doivent pour leur part amorcer leurs recherches pour dénicher un nouveau receveur.

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos