Alain Bergeron
Journal de Québec

Patinage courte piste: Kim apprivoise les Coréens

La patineuse s'adjuge une deuxième médaille de bronze - Patinage courte piste: Kim apprivoise les Coréens

Didier Debusschère / JdeQ

Alain Bergeron

GANGNEUNG | Kim Boutin a déjà le prénom qui sonne coréen. Après la tourmente de la dernière semaine, sa deuxième médaille de bronze des Jeux remportée samedi au 1500 m lui a valu en prime la bénédiction du peuple qui l'accueille.

Dans une finale relevée de sept concurrentes, la patineuse originaire de Sherbrooke, par son aplomb, n'a pas semblé fragilisée par les relents de la tempête qui la concernait depuis mardi et qui avait soufflé à l'intérieur du pays.

« Je ne veux rien enlever à ma médaille au 500 m parce que je l'ai méritée cette médaille-là et je suis contente de l'avoir fait. Après ce qui s'est passé, on dirait que ça m'a redonné un boost de courage (pour le 1500 m de samedi). Kim, tu la mérites celle-là aussi », s'est-elle dit dans l'euphorie du moment.

« On s'aime »

L'athlète de 23 ans a doublement savouré cette deuxième breloque gagnée dans un contexte différent de la première. Quatrième de la finale de mardi, elle avait été promue sur la troisième marche du podium après la disqualification d'une favorite du pays, Choi Minjeong. Des partisans coréens l'avaient par la suite menacée sur les réseaux sociaux, l'accusant d'avoir nargué et montré du doigt « leur » patineuse après la course, ce à quoi Boutin avait plutôt soutenu viser amicalement son entraîneur Frédéric Blackburn.

L'histoire politico-sportive s'est apaisée d'elle-même, ne serait-ce que par la victoire revanche de cette même Choi Minjeong au 1500 m de samedi. Boutin avait au préalable puisé dans ses règles de bonne conduite en adressant à la foule un signe traditionnel de la culture asiatique au moment de la présentation des patineuses avant la finale. Sur l'écran géant vu par les 12 000 spectateurs, on l'a vue répéter le même geste avant de quitter la glace après sa médaille confirmée.

« C'est un signe que j'ai envoyé à la foule. Ça veut juste dire : on s'aime. Pour moi, c'était important de clore le sujet », a justifié Boutin devant la presse.

Appui de l'équipe

Comme antidote au trac qui la tiraillait pour son retour de samedi sur la même glace, les patineurs de l'équipe canadienne lui ont signifié leur appui dans le vestiaire.

« J'avais beaucoup de peine et ils m'ont prise dans un cercle pour me redonner de l'énergie et me dire que c'était un cas isolé et que je ne devais pas m'en faire. Ça m'a donné beaucoup de courage. »

Dès le lendemain du 500 m, elle avait pris les devants pour arriver à la course de samedi dans de bonnes dispositions. Sa rencontre volontaire avec Choi Minjeong à la cafétéria du village des athlètes pourrait l'avoir aidée à construire cette deuxième médaille de bronze.

« La première fois que j'ai vu Choi, je l'ai prise dans mes bras. Ça faisait partie de mon cheminement pour passer à autre chose. Je sais très bien que c'est un cas isolé et que ce n'est pas toute la Corée qui m'en veut. »

Encore moins le Canada en entier avec cette deuxième médaille...

Résultats | Finale 1500 m, femmes

  1. Minjeon Choi | Corée du Sud | 2 min 24,948 s
  2. Jinyu Li | Chine | 2 min 25,703 s
  3. Kim Boutin | Canada | 2 min 25,834 s
  4. Alang Kim | Corée du Sud | 2 min 25,941 s
  5. Jorien ter Mors | Pays-Bas | 2 min 25,955 s
  6. Petra Jaszapati | Hongrie | 2 min 26,138 s
  7. Arianna Fontana | Italie | 2 min 27,475 s


Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos