Benoît Rioux
Agence QMI

Normand Piché: de retour au Québec pour inspirer

Benoît Rioux

C'est par une accolade bien sentie que le nageur-aventurier Normand Piché a été accueilli par sa fille Kina-Moon, jeudi après-midi, à l'aéroport Montréal-Trudeau.

«Il y a 10 000 raisons pour lesquelles j'ai fait cette expédition-là et c'est sûr que ma fille en fait partie, a indiqué Piché, à sa sortie de l'avion. J'ai envie, dans l'éducation que je lui donne, de l'inspirer, de lui montrer à foncer sur les choses qui la passionnent, sur les choses qu'elle aime. J'ai surtout le goût de la stimuler à aller découvrir la vie.»

À ce moment précis, celui qui a relié les cinq continents à la nage au cours des derniers mois tenait un discours qu'un papa livre à son adolescente. Toutefois, c'est un peu le même message que compte passer Piché à la population lors des nombreuses conférences qu'il donnera éventuellement.

«Je suis vraiment fière de lui, a pour sa part témoigné Kina-Moon. Avant qu'il parte, je ne réalisais pas trop ce qui se passait, mais le jour de son départ, j'ai mieux compris ce qu'il s'en allait faire. Et j'ai pleuré un peu parce que c'était quand même dangereux. Il est parti longtemps aussi. Ça fait du bien de le revoir.»

Ayant quitté le Québec au mois d'août, Piché s'est retrouvé en Alaska, en Russie, en Indonésie, en Grèce, en Turquie, en Espagne, au Maroc, en Égypte et en Jordanie. En excluant l'attente pour adapter son corps à l'eau glacée, il a relié les cinq continents à la nage en 74 jours, un record. Du coup, il est devenu le premier natif des Amériques à réaliser cet exploit.

Le Montréalais de 45 ans avoue lui-même qu'un tel record n'était pas l'idée principale de l'aventure. Pour lui, le but est davantage de permettre aux gens de rêver et de montrer une certaine union entre les peuples du monde entier.

«La plus belle chose qui est arrivée dans l'expédition, c'est la rencontre avec les humains, a-t-il d'ailleurs noté. On a connu des gens fabuleux, des dizaines de personnes que je garde dans mon cœur.»

Une pensée pour son papa

Concernant sa vie personnelle, le nageur-aventurier conserve aussi une pensée pour son père, hospitalisé depuis des années à Salaberry-de-Valleyfield après avoir été victime d'un accident vasculaire cérébral.

«J'avais aussi envie de lui donner une petite flamme à lui parce qu'il a également été un grand sportif, a affirmé Piché. Il a eu un rêve de hockeyeur, jouant jusqu'en Suisse, mais il a eu cette maladie, de l'arthrite chronique, et son rêve s'est éteint. À un certain moment, il ne pouvait plus patiner, mais sa carrière était encore en ascension. J'ai eu ce désir, un peu pour lui aussi, d'aller jusqu'au bout.»

Pour compléter son aventure à 100 %, Piché prévoit justement un séjour en Suisse, au printemps 2017, afin de traverser le lac Léman. Symboliquement, il ira alors remettre des centaines de messages de paix reçus aux quatre coins de la planète à l'Office des Nations unies, à Genève. D'ici là, il passera certainement un peu de temps avec sa fille en plus de visiter son propre papa.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos