Etienne Bouchard
Agence QMI

Marie-France Larouche reste sur son appétit

Marie-France Larouche reste sur son appétit

Marie-France Larouche. Photo Reuters

Etienne Bouchard

Même si elle a atteint son objectif de participer au prestigieux Tournoi des Cœurs, la capitaine de l'équipe québécoise, Marie-France Larouche, aurait aimé faire beaucoup mieux à la grand-messe du curling féminin au Canada et surtout, prolonger le plaisir au-delà de la ronde préliminaire.

La victoire de 7-2 acquise aux dépens de l'Île-du-Prince-Édouard, vendredi matin à Grande Prairie, en Alberta, est nettement insuffisante pour panser les plaies. Ayant récolté cinq victoires en 11 matchs, les représentantes de la Belle Province ont dû plier bagage en vertu de leur huitième place au classement général.

«L'exécution n'a pas été au rendez-vous. On a joué moyen et on n'a pas gagné. C'est également dur de remporter des matchs quand ta "skip" a de la misère, a déploré Larouche les sanglots dans la voix. J'ai brisé la glace après une longue absence [de deux ans] et mon but était de gagner le Championnat provincial. Mais je ne suis pas du tout satisfaite.»

Aux dires de la porte-couleurs du club Etchemin, leur entraîneur Pierre Charette «a vu certaines choses à améliorer».

«Au plan technique, certains détails comme la rotation intérieure faisaient défaut. Le fait qu'on ait joué peu de tournois nous a rattrapées, même si notre expérience nous a permis d'aller chercher quelques matchs. Au niveau mental, on veut retrouver notre confiance et il nous faudra plus de constance aussi», a émis Larouche.

Les regrets

Pourtant, les joueuses du fleurdelisé semblaient bien placées pour accéder au tour éliminatoire. Avec une fiche de 4-3 après sept affrontements, leurs espoirs étaient bien vivants.

«C'est toujours une pierre ou deux seulement qui ont fait la différence. Je pense que notre défaite contre la Colombie-Britannique tôt dans la compétition a fait mal, car on s'est fait remonter. On aurait eu plus de confiance si on n'avait pas échappé cette partie-là. Et à la fin, il y a eu ce match face au Nouveau-Brunswick où j'avais la chance de marquer quatre points, mais au lieu de ça, on s'en est fait voler un.»

Rebondir

Maintenant, Larouche savourera les prochains jours en compagnie de sa famille durant la semaine de relâche scolaire. Pour elle, l'occasion sera belle de revenir en force l'an prochain, à Ste. Catharines, en Ontario.

«Ce sera un rendez-vous en 2017, car je n'ai pas l'intention d'arrêter. Dans notre groupe de filles, on ne se chicane pas et on s'aime! Tant que j'aurai le goût de jouer et que j'aurai du plaisir, je continuerai, a souligné l'enseignante de 35 ans. Mais là, on a de la peine et on va décanter tout ça à tête reposée.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos