Mylène Richard
Agence QMI

Marianne St-Gelais en quête d'une couronne

Marianne St-Gelais en quête d'une couronne

Marianne St-Gelais. Photo Joel Lemay / Agence QMI

Mylène Richard

MONTRÉAL - L'année 2016 pourrait bien être celle de Marianne St-Gelais. Elle et son copain Charles Hamelin pourraient même être sacrés le couple royal sur courte piste.

En Coupe du monde, St-Gelais a remporté 11 médailles en 12 courses. Hamelin a de son côté triomphé six fois en 10 épreuves.

Pendant qu'Hamelin veut terminer au sommet cumulatif aux Mondiaux de Séoul, dans deux semaines, St-Gelais rêve d'une première médaille d'or.

«Tout est aligné. C'est ma meilleure saison, a lancé la patineuse de Saint-Félicien, qui n'avait pu grimper sur le podium l'an dernier à Moscou, pas plus qu'aucune autre Canadienne. Je suis très confiante, surtout avec mon approche plus agressive.»

Mais une question demeure dans son esprit: sa chance d'être championne du monde est-elle encore là à 26 ans?

«On a changé mon aspect mental. Mes jambes sont assez fortes pour faire des temps exceptionnels. C'est la tête qui décide et elle a fait des miracles cette année.»

«Je ne me suis jamais sentie aussi proche d'atteindre ce but de toute ma carrière, a-t-elle poursuivi. C'est stimulant. Il y a du stress, mais aussi de l'excitation, car je peux presque y toucher.»

Selon son entraîneur Frédéric Blackburn, St-Gelais a embrassé le plan de match en vue des Jeux olympiques de 2018, en Corée du Sud.

«Elle ne veut pas seulement être bonne, mais meilleure. Pour l'instant, ça porte fruit», a constaté celui qui avoue avoir aussi évolué aux côtés de ses patineuses.

«Je n'ai pas encore beaucoup de chances devant moi pour être championne du monde, alors je ne veux pas les gaspiller et ne rien laisser au hasard», a ajouté St-Gelais.

Le retour de Maltais

St-Gelais sera accompagnée de Valérie Maltais et de Kasandra Bradette aux épreuves individuelles.

Pour Maltais, il s'agira d'un retour en solo, car l'an dernier, elle avait dû se contenter d'un rôle au sein de l'équipe de relais. Et elle ne veut pas passer inaperçue!

«Je veux faire un top 5 au général, a-t-elle souhaité. C'est un objectif élevé, mais c'est comme ça que j'aime performer. Avec les Coupes du monde de cette année, où j'ai obtenu des podiums aux 1500 et 1000 mètres, je peux l'atteindre, même si le calibre est différent aux Mondiaux.»

Quant à Bradette, elle a obtenu le dernier poste aux distances individuelles devant Audrey Phaneuf. Cette dernière sera disponible pour le relais, tout comme Namasthée Harris-Gauthier, deux recrues aux Mondiaux.

«Ce fut une année assez cahoteuse, a admis Bradette. J'ai eu des disqualifications un peu douteuses.»

«Je veux prouver que je suis un bon choix. C'est une belle marque de confiance malgré les résultats qui n'ont pas été à la hauteur des espérances. Je sais que j'ai le potentiel de faire au moins un top 12 au général.»

Aussi sur Canoe.ca



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos