Benoît Rioux
Agence QMI

Le Québec perd son vilain: Mad Dog Vachon n'est plus

Benoît Rioux

Dernière mise à jour: 21-11-2013 | 17h07

MONTRÉAL - L'ancien lutteur québécois Maurice «Mad Dog» Vachon est décédé à l'âge de 84 ans, tôt jeudi matin, à son domicile d'Omaha, au Nebraska.

Vachon est mort paisiblement pendant son sommeil aux petites heures du matin, a-t-on appris.

«Ça me touche de voir que le Québec se remémore autant mon frère, mais je savais que sa mort allait provoquer ça, a confié Paul Vachon, lorsque joint à sa résidence du Vermont, en après-midi. Maurice a fait son chemin et est devenu une légende au Québec, mais aussi partout dans le monde de la lutte.»

Paul Vachon, ayant lui-même lutté en compagnie de son frère sous le pseudonyme de «Butcher», rappelle à quel point «Mad Dog» était populaire dans la Belle Province, lui qui avait l'image d'une brute, mais qui était d'une grande gentillesse à l'extérieur du ring.

«Les gens du Québec sont tombés en amour avec Maurice. Comme lutteur, c'était un vilain comme on dit dans le milieu. Mais pour les Québécois, c'était leur vilain à eux. Ils l'ont comme adopté.»

Né en 1929 dans le quartier Ville-Émard, à Montréal, Vachon avait d'abord participé aux Jeux olympiques de Londres en 1948, prenant le septième rang dans la catégorie des 78 kilos. Deux ans plus tard, il a remporté une médaille d'or aux Jeux de l'Empire britannique, aujourd'hui connus sous le nom des Jeux du Commonwealth.

«Il ne faut pas oublier que Maurice avait seulement 18 ans quand il a participé aux Olympiques, ce qui est inédit pour les athlètes qui font de la lutte», a vanté Paul.

Chez les professionnels, la carrière du Québécois avait pris un tournant important lorsque le promoteur Don Owens l'avait surnommé «Mad Dog» en 1962.

«Après que Maurice soit devenu champion individuel de l'American Wrestling Association, il a été champion du monde par équipe avec moi, a rappelé Paul, à titre de souvenir marquant. On avait défait "Dick the Bruiser" et Reggie "The Crusher" Lisowski.»

En juillet 1973, «Mad Dog» Vachon a par ailleurs disputé le combat devant la plus grande foule de l'histoire de la lutte au Québec, soit 29 127 spectateurs, face à Killer Kowalski au stade Jarry. Le dernier affrontement de Vachon a finalement été livré en octobre 1986, au Centre Paul-Sauvé, devant plus de 3000 amateurs.

Un grave accident

Si le décès de "Mad Dog" Vachon a provoqué une onde de choc au Québec, il faut préciser que la santé du populaire lutteur était faible depuis plusieurs années. Il a notamment été victime d'un grave accident en 1987. Heurté par un chauffard ivre pendant qu'il faisait sa petite marche du matin, en Iowa, Vachon avait subi des fractures aux jambes, provoquant même l'amputation de celle de droite.

Plus récemment, il souffrait de troubles de mémoire.

«La lutte québécoise perd l'un de ses plus grands athlètes, a indiqué Patrick Laprade, co-auteur du livre À la semaine prochaine, si Dieu le veut, parmi les nombreux témoignages. C'était une légende, un champion. Il était aussi le lutteur le plus connu à l'extérieur du Québec.»

Laprade, dont la version anglophone du bouquin s'intitule Mad Dogs, Midgets and Screw Jobs, garde un souvenir bien particulier du lutteur.

«Je l'ai rencontré pour une dernière fois cet été à Waterloo [aux États-Unis] pendant la promotion du livre, a-t-il raconté. Quand je lui ai montré que son visage était sur la couverture, il m'a fait son plus beau sourire.»

Sans aucun doute, «Mad Dog» était reconnu sur le ring pour ses mimiques intimidantes et une voix à faire trembler ses adversaires. À l'extérieur de son personnage, il était toutefois reconnu au quotidien comme un homme aidant, qui aimait côtoyer ses admirateurs et qui savourait pleinement la vie.

«C'est pour ça que les gens aimaient le détester», a noté Laprade.

C'est effectivement pour ça que les Québécois en avaient fait «leur vilain à eux».

«Mad Dog» laisse dans le deuil sa femme Kathy Joe, ses six enfants, sa famille, ses amis, mais aussi une grande partie de la province.




Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos