André Cyr
Journal de Montréal

Zéro surprise...

Canadiennes et Américaines s'affronteront encore en finale du tournoi olympique - Zéro surprise...

Photo Didier Debusschère

André Cyr

GANGNEUNG | C'était aussi prévisible que d'être pris dans le trafic de la 20 quand vous partez travailler à 7 heures du matin. Les Canadiennes et les Américaines vont s'affronter, jeudi, en finale du tournoi de hockey.

Les troupières de Laura Schuler ont mérité leur droit de passage grâce à une victoire de 5 à 0 sur les athlètes olympiques de Russie, lundi, à l'aréna de Gangneung.

Dans l'autre demi-finale, les Américaines n'ont pas eu à suer non plus contre les Finlandaises, aussi dans un gain à sens unique de 5 à 0.

Rien de bien surprenant donc. Les deux équipes étaient outrageusement favorites pour s'affronter en finale.

Ce sera la cinquième fois depuis 1998 que les Canadiennes et les Américaines se feront face dans le match ultime.

Les Américaines avaient remporté le premier tournoi à Nagano, mais les Canadiennes ont depuis toujours su conserver le titre. Gagnantes à Salt Lake City, Turin, Vancouver et Sotchi, elles visent une cinquième médaille d'or d'affilée.

« Une famille »

Jennifer Wakefield a ouvert la marque pour les Canadiennes en première période, puis Marie-Philip Poulin a doublé l'avance des siennes au deuxième vingt.

Au début du dernier tiers, Wakefield et Emily Clark ont inscrit deux buts en l'espace de 31 secondes pour chasser la gardienne Valeria Tarakanova au profit de Nadezhda Alexandrova. Rebecca Johnston a ensuite profité d'un avantage numérique pour fermer les livres.

Pour Clarke, il s'agissait d'un premier filet olympique.

« Un moment absolument fantastique. Un moment que je n'oublierai jamais, a-t-elle dit. J'ai eu beaucoup de difficulté à trouver le fond du filet depuis le début du tournoi, mais mes coéquipières ont toujours cru en moi et n'ont jamais cessé de m'encourager. »

« Nous sommes comme une famille », a de son côté raconté Meghan Agosta au sujet de la chimie qu'on retrouve au sein de la formation canadienne.

« Notre équipe est unie comme jamais. Ce n'est plus maintenant que l'affaire d'un match. Nous aurons besoin que chacune d'entre nous joue de son mieux pour connaître du succès en finale contre les Américaines. »

Avalanche de tirs

Après un lent départ, les attaquantes canadiennes ont passé le match à bourdonner dans le territoire russe.

Elles ont dirigé pas moins de 47 tirs au but pendant que Shannon Szabados stoppait les 14 rondelles dirigées vers elle pour mériter le blanchissage.

Brianne Jenner a bien aimé la façon dont son équipe a géré la rencontre.

« Nous avons connu un départ plutôt lent, mais nous sommes restées calmes et quand nous avons atteint notre vitesse de croisière, nous n'avons plus été embêtées par la suite », s'est réjouie Jenner.

- Les Canadiennes ont battu les Américaines 2 à 1 en ronde préliminaire, lors du match que ces dernières ont dominé 45-23 au chapitre des tirs au but.

- Pour les Canadiennes, il s'agissait d'une 24e victoire de suite aux Jeux olympiques.

De qui se méfier ?

Si vous parlez à Hilary Knight, elle vous dira qu'on verra en finale une équipe américaine un peu différente de celle qui a perdu l'or à Sotchi aux mains des Canadiennes.

Une équipe plus jeune, avec 13 recrues sur les 23 membres de la formation. Une équipe encore plus dynamique aussi que celle de 2014.

Ce qui ne changera pas cependant, c'est le désir presque maladif des Américaines de rapatrier la médaille d'or aux États-Unis. Après une disette de 20 ans, on peut comprendre leur soif de victoire.

« Notre entraîneur Robb Stauber a su insuffler à l'équipe encore plus de détermination qu'elle en avait », soutient Knight.

« Nous n'avons pas oublié les derniers Jeux quand les Canadiennes avaient comblé un déficit de deux buts avec moins de quatre minutes à jouer pour finalement l'emporter en prolongation.

« Nous avons atteint la finale. C'est un rêve devenu réalité. Les Jeux olympiques, c'est la plus grande scène du monde. Avoir une autre opportunité de gagner la médaille d'or, c'est énorme.

« Si chacune des filles joue parfaitement le rôle qui lui est confié, nos chances de l'emporter en seront amplifiées », ajoute Knight.

Stauber a pris des décisions draconiennes avant les Jeux. Il a rajeuni l'équipe et montré la sortie à Alex Carpenter, pourtant la meilleure buteuse de l'équipe à Sotchi et auteure de 279 points en 150 matchs en quatre saisons avec Boston College, dans la NCAA.

Capables de marquer

C'est le trio de Hilary Knight que les Canadiennes devront particulièrement avoir à l'oeil. Avec ses 101 buts et 79 passes en matchs internationaux, Knight est le pilier de son équipe. Unie à Brianna Decker et à Kendall Coyne, elle peut causer bien des dommages. La meilleure du groupe jusqu'à maintenant au tournoi olympique a été Coyne, avec deux buts et une passe en quatre matchs. Knight montre un bilan d'un but et une passe, Decker de deux passes.

La place de Rooney ?

À qui Robb Stauber fera-t-il confiance devant le filet ? L'entraîneur américain aura l'embarras du choix avec Alex Rigsby, Maddie Rooney et Nicole Hensley.

Rooney s'est avérée la grande étoile de la victoire américaine sur les Canadiennes à la Coupe des quatre nations en novembre. C'est Rigsby qui est la plus expérimentée du groupe, elle qui avait raté sa participation de peu à Sotchi.

Quant à Hensley, elle a brillé au championnat du monde en 2017, aussi remporté par les Américaines sur les Canadiennes. Mais comme Rooney a joué trois des quatre matchs de l'équipe depuis le début du tournoi olympique - dont celui perdu 2 à 1 contre le Canada en ronde préliminaire, et celui gagné 5-0 contre les Finlandaises en demi-finale -, vous pouvez vous risquer à parier un petit 2 $ sur elle.

De bonnes défenseures

La brigade défensive des Américaines est fiable. Elle n'a alloué que trois buts en quatre matchs jusqu'ici. À ses troisièmes Jeux olympiques, Kacey Bellamy est la femme de confiance de Stauber. La capitaine Meghan Duggan ne tarit pas d'éloges à l'endroit de la recrue Megan Keller, 21 ans. « Elle est déjà très bonne. Elle est en voie de devenir une des meilleures défenseures au monde », dit-elle.



Cliquez sur "J'aime" pour ajouter nos articles à votre fil Facebook


Vidéos

Photos