Jefferson et Moon s’amènent à Québec

Basketball

Les Kebs en action au PEPS de l'Université Laval. © DANIEL MALLARD/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Kevin Dubé

QUÉBEC - Le directeur général des Kebs de Québec, Vincent Bernier, et l’entraîneur-chef Robert Spon ont confirmé mardi qu’ils avaient embauché deux anciens joueurs professionnels sans emploi en raison du lock-out qui perdure dans la NBA. Il s’agit du garde Dontell Jefferson et de l’ailier Jamario Moon.

Jefferson est âgé de 27 ans, mesure 6 pieds 4 pouces et pèse 200 livres. Il a évolué avec les Bobcats de Charlotte lors de la saison 2008-2009.

Robert Spon s’attend à ce que son effet soit immédiat dans la Ligue nationale de basketball (LNB).

«La signature de Jefferson est incroyable. Ce sera l’un des meilleurs, sinon le meilleur joueur de la LNB cette saison. C’est un joueur polyvalent. Il sera dominant dès le premier jour de la saison.

«Il est prêt et affamé; il veut se prouver et retourner dans la NBA. Il a déjà reçu des offres, mais le lock-out l’empêche de poursuivre. C’est une très bonne chose pour les gens de Québec d’avoir la chance de voir évoluer un joueur de sa trempe.»

Moon, un mentor

L’acquisition de Moon (qui n’a pas signé de contrat) représente davantage un support pour Robert Spon. Le vétéran de quatre saisons dans la NBA, qui a évolué durant deux ans avec LeBron James avec les Cavaliers de Cleveland, s’entraînera avec l’équipe et aura un rôle de mentor auprès des plus jeunes joueurs de l’organisation.

«Il va s’entraîner avec nous, pour garder la forme et nous aider dans les entraînements. On verra par la suite ce qui se passera avec lui, mais simplement de l’avoir avec nous est un grand pas pour cette organisation et pour la ligue», a déclaré l’entraîneur.

Au tour de Joel Anthony?

Bernier a ouvert une porte concernant l’arrivée chez les Kebs d’un autre joueur de la NBA. Selon lui, le pivot du Heat de Miami, Joel Anthony, pourrait être tenté de déménager à Québec si le lock-out se poursuivait dans la NBA.

«Jonas Pierre est un bon ami et il lui a parlé de l’organisation», a simplement mentionné le directeur général des Kebs.

De son côté, Pierre n’a toujours pas signé de contrat avec l’équipe, mais selon toute vraisemblance, il jouera à Québec cette saison. Pour ce qui est de Royce Parran, l’offre est toujours sur la table, mais il n’a toujours pas pris de décision à savoir s’il s’exilait en Europe ou s’il revenait dans la Vieille Capitale.

Le camp d’entraînement des Kebs commencera lundi.


Vidéos

Photos