«Pleinement mérité» - Martin Brodeur

Patrick

 

Pierre Durocher
Le Journal de Montréal

Martin Brodeur n'a été aucunement surpris que le Canadien annonce le retrait du chandail numéro 33 porté par Patrick Roy. Après tout, c'était un secret de Polichinelle depuis un bon moment déjà.

«C'est un honneur pleinement mérité pour Patrick, car il a réalisé de grandes choses lors des années qu'il a passées à Montréal, gagnant deux coupes Stanley et établissant une foule de records d'équipe», a-t-il commenté lorsque joint au téléphone au New Jersey.

«C'est le couronnement d'une très belle carrière, comme la cerise sur le sundae, a-t-il ajouté. Patrick a déjà obtenu sa place au Panthéon du hockey et voilà que son numéro 33 sera hissé dans les hauteurs du Centre Bell aux côtés des autres grandes vedettes qui ont marqué l'histoire du Canadien.

«J'ai assisté aux cérémonies entourant le retrait des chandails de Ken Daneyko et de Scott Stevens au New Jersey, et j'avais trouvé cela fort émouvant.»

Plus difficile qu'ailleurs

Aux yeux de Brodeur, le fait que le Canadien possède une riche histoire remplie de conquêtes de la coupe Stanley rend encore plus valorisant l'honneur qui est décerné à Roy.

«À Montréal, c'est plus difficile qu'ailleurs de voir son numéro être retiré, a ajouté Brodeur. L'équipe a eu un si grand nombre de joueurs étoiles. Cela témoigne bien du palmarès exceptionnel de Roy, qui a aussi été un pionnier chez les gardiens avec le style papillon qu'il a su perfectionner.»

La controverse dans laquelle Roy a été impliqué, la saison dernière, à la barre des Remparts de Québec n'a pas influencé la décision de la direction du Canadien de retirer son chandail.

«C'était important de séparer les deux choses, a commenté Brodeur. Le Canadien immortalise le numéro 33 en raison des exploits de Patrick sur la patinoire. C'est l'athlète professionnel qu'on honore.»


Vidéos

Photos