«Dieu m'envoie des signaux...» - Joachim Alcine

Boxe

 

Jonathan Bernier
Le Journal de Montréal

Malgré un ciel nuageux et gris, près d'une centaine de spectateurs se sont réunis sur la terrasse extérieure d'un restaurant à Laval, pour voir à l'entraînement Joachim Alcine et quelques-uns de ses collègues qui feront partie de la prochaine carte du Groupe Yvon Michel.

«J'adore ce genre d'entraînement en public, a lancé Alcine, avant de sauter dans le ring en compagnie de son entraîneur, Howard Grant. Les gens sont tellement chaleureux que ça me donne de l'énergie.»

Celui qui défendra son titre des supermi- moyens de la WBA pour une deuxième fois le 11 juillet souligne qu'un tel événement permet aux amateurs de se sentir plus près des athlètes. D'ailleurs, plusieurs n'hésitent pas à poser des questions au champion.

«Certains s'inter rogent sur la technique des coups, d'autres sur les différents exercices. Je ne refuse jamais personne. Je trouve tellement ça intéressant de pouvoir parler avec les gens», a-t-il assuré.

Pas un manchot

Lorsqu'il montera dans le ring du stade Uniprix, Alcine aura probablement en face de lui l'adversaire le plus redoutable qu'il aura eu à affronter jusqu'ici dans sa carrière.

gé de 32 ans, Daniel Santos possède une feuille de route plus que respectable. Après avoir remporté le bronze lors de deux championnats mondiaux juniors (dont celui de 1992 à Montréal) et aux Jeux olympiques d'Atlanta, Santos a fait le saut chez les professionnels où il a été champion du monde à deux occasions.

D'ailleurs, le puissant cogneur gaucher présente une impressionnante fiche de huit victoires et deux défaites lors de ses combats où un titre mondial était en jeu.

Pour se préparer en vue de ce duel, Alcine a pu compter sur l'aide d'un autre poulain de GYM, Adonis Stevenson, un gaucher qui boxe chez les 168 kilos.

«Son style ressemble énormément à celui de Santos. En plus, Stevenson est plus gros et cogne plus durement que lui», a expliqué Bernard Barré, viceprésident de GYM.

«Avant de commencer l'entraînement de Joachim, j'ai dit à Howard (Grant) que j'étais prêt à faire venir le partenaire d'entraînement qu'il fallait. Il m'a dit qu'en Stevenson, il avait le meilleur», a ajouté Yvon Michel.

Du monde à la messe

À l'approche de cette défense de son titre, Alcine respire la confiance.

Non seulement il s'est soumis à un entraînement rigoureux, mais il aura, le soir du combat, un allié de taille dans son coin.

«Dieu m'envoie des signaux à l'aide desquels il me dit de ne pas m'inquiéter, a déclaré Alcine, sans vouloir en dire plus sur ces signaux. Le soir du combat, le Saint Esprit montera dans le ring avec moi.»

On savait ce cher Joachim assez porté sur la religion, mais de là à penser qu'il avait une ligne directe avec le Grand Boss...

«Il est effectivement assez spirituel, a concédé Yvon Michel. D'ailleurs, c'est le seul boxeur que je connaisse à avoir été invité à l'émission religieuse Parole et Vie.»

À trois contre un, ce pauvre Santos n'a aucune chance.


Vidéos

Photos