Radulov savoure l'expérience

Championnat

 

Le Journal de Québec

Dernière mise à jour: 05-05-2008 | 10h02

Laissé de côté lors du match contre l'Italie, Alexander Radulov a eu la chance de revêtir le chandail rouge des Russes, hier après-midi, lors de l'affrontement attendu contre les Tchèques.

En raison des nombreuses pénalités décernées tout au long de la rencontre, l'ex-joueur vedette des Remparts a été peu utilisé, surtout lors des deux premières périodes où il n'a fait que quatre brèves apparitions.

Son entraîneur Vyacheslav Bykov lui a démontré une belle marque de confiance au cours du dernier tiers en l'envoyant dans la mêlée lors de deux attaques massives, en plus d'obtenir sa chance lors de la période de surtemps.

Même s'il a eu relativement peu de temps de glace pour faire ses preuves, Radulov a dit avoir apprécié son expérience, tout en se réjouissant de l'accueil des amateurs qui auraient espéré le voir davantage sur la glace.

«Je n'ai pas eu le temps de penser lorsqu'il m'a fait signe de sauter dans la mêlée. J'ai eu l'idée d'aller au filet afin d'obtenir un lancer», a expliqué ce dernier qui s'est dit satisfait de la situation, compte tenu des circonstances. «Je ne dirais pas que j'ai mal joué ou bien joué. J'ai essayé de faire de mon mieux et de me replier en défensive».

Quant à savoir si Radulov aura la chance de prendre part à la prochaine rencontre de son équipe, son entraîneur Bykov a simplement répondu qu'il allait réfléchir à la situation et qu'il aurait souhaité donner davantage de glace à son jeune attaquant, mais qu'il avait eu peu de marge de manœuvre en raison des pénalités.

Nombreuses pénalités

Au sujet des onze punitions dont son équipe a écopé au cours de la rencontre, Bykov s'est refusé à tout commentaire. «Ce n'est pas dans mes habitudes de commenter le travail des officiels»

Du côté opposé, l'entraîneur Alois Hadamczik a déploré le manque d'opportunisme de ses protégés en fin de match. «Notre avantage numérique raté à la fin de la troisième nous a coûté le match. Il s'agissait d'une belle occasion mais on n'a pas marqué. C'est ce qui a fait la différence. Nous avons disputé un bon match et aurions pu marquer plus de buts, car nous avons eu les occasions de le faire».

«Nous avons démontré que nous avions une excellente équipe et que nous pouvions être aussi bons que les Russes», a signalé Ales Kotalik, auteur du second filet des Tchèques.

«L'arbitrage n'est pas le même que dans la Ligue nationale. Les unités spéciales devraient jouer un rôle important d'ici la fin de la compétition», a fait remarquer l'attaquant des Sabres de Buffalo. «On peut se satisfaire de ne leur avoir pratiquement rien donné à cinq contre cinq».


Vidéos

Photos