La fièvre s’installe…

Salon

Le Salon du Golf de Québec se tient jusqu’à dimanche à ExpoCité. © Olivier Artis (Canoë)

Olivier Artis

Le printemps tardif, mais qui pointe le bout de son nez, ravit les golfeurs. Enfin, presque! Les importantes précipitations de neige ont envahi les verts de golf, ce qui n’aurait pas d’importante conséquence, si ce n’est de retarder la saison. C’est le message qu’envoient les propriétaires de verts, rencontrés au Salon du Golf de Québec, à ExpoCité.

« On devrait ouvrir la première semaine de mai, alors que l’an passé c’était le 26 avril. La neige fond depuis deux semaines et on déneigera les verts dans sept jours. Il n’y a pas de danger! Quand il neige, ça garde la texture de la terre. Le froid, ça conserve, c’est comme si on la congelait », affirme André Blouin, propriétaire du Club de golf Beaurivage qui possède neuf trous.

Le Golf Le Rocher assure aussi que ses verts sont de qualité et n’ont pas subi les caprices de dame nature. Les précautions ont été prises pour préserver la terre et les dispositions varient de celle de l’autre club. Ainsi, la saison débutera, a priori, dans une semaine, soit avec sept jours de retard par rapport aux années précédentes. « Nous n’avons plus de neige, on a un micro-climat entre Saint-Hyacinthe et Granby! La neige a été soufflée pour que les toiles géotextiles fassent leur œuvre. On protège ainsi le vert, ça fait comme un coussin. En journée, on retire les toiles, puis on les remet la nuit pour conserver le vert », indique Martin Ducharme, directeur général du Golf Le Rocher. Il contredit ainsi les affirmations de M. Blouin, et précise qu’au contraire, la neige peut faire geler la terre et donc l’altérer en profondeur.

Matériel

La plupart des clubs s’attendent à une bonne saison, en prévoyant que les Québécois privilégieront le grand air, après un long hiver. Plusieurs d’entre eux magasinaient, aujourd’hui, leur matériel pour préparer leur retour sur les verts. Ils touchaient les bâtons, les manipulaient et, bien sûr, les essayaient sans se faire prier. C’est presque une cérémonie pour choisir son bâton parmi les nouveautés. Le son et la sensation entre les mains ont une très grande importance pour les golfeurs.

« La nouveauté, c’est le modèle LD de King Cobra, avec un M.O.I. plus élevé (moment d’inertie élevé). Le gros changement est le son. Beaucoup de clients n’aimaient pas le son du précédent. Ça faisait comme un dong, mais celui-là est beaucoup mieux. Même si le résultat était très bon, des clients n’aiment pas le son, ça fait partie du jeu », s’exclame Yvon Bergeron, conseiller chez Titleist FootJoy Cobra.

Il constate une augmentation d’achalandage, depuis deux semaines, dans son magasin. Il incite les amateurs de golf à commencer leur magasinage, dès maintenant, et surtout d’élargir leurs recherches. « Il faut essayer le plus de manufacturiers possible, ensuite, selon le son et le « feeling », il faut faire ajuster la tige à son swing. Il y a une multitude de tiges qu’on peut ajuster pour maximiser notre rentabilité sur la balle », termine-t-il.

Le prix d’un bâton de golf avoisine les 350$, bien que ce montant peut s’envoler pour un produit plus haut de gamme. Tout le matériel nécessaire et de nombreux clubs de golf occupent les murs d’ExpoCité, jusqu’à dimanche.


Vidéos

Photos