Brisebois et Dandenault n'attendent que le signal

Hockey

 

Pierre Durocher
Journal de Montréal

Patrice Brisebois et Mathieu Dandenault auront probablement l'occasion de jouer demain soir à Toronto.

«Je suis prêt, a dit un Brisebois de belle humeur bien qu'il ait été laissé de côté plus souvent qu'à son tour cette saison. Si Carbo a besoin de moi, je serai là.»

Même son de cloche chez Dandenault, qui n'a pas revêtu l'uniforme dans les neuf dernières parties de l'équipe et dans 14 des 15 dernières.

«Ça fait un mois que je m'entraîne fort, autant dans le gymnase que sur la glace», a souligné Dandenault.

«Je serai au sommet de ma forme quand l'entraîneur me fera signe.»

Aucun regret

Ces deux vétérans ne vivent pas une situation facile, mais ils gardent une bonne attitude parce que l'équipe vit une saison extraordinaire.

«Je trouve cela tellement plaisant de jouer pour le Canadien cette saison», a confié Brisebois.

«Même si j'ai souvent été laissé dans les gradins, je ne regrette aucunement ma décision d'être revenu à Montréal.

«Des blessures à une épaule et à un pied n'ont pas aidé ma cause.» Je connais ma situation.

«Je fais partie de cette belle équipe et j'ai du plaisir avec ce groupe de gars.»

Il serait fort heureux si...

Brisebois avait aidé le Canadien à remporter la coupe Stanley en 1993.

«J'étais tout jeune à l'époque, a-t-il rappelé. Là, je suis en fin de carrière et je peux vous dire que je serais le joueur le plus heureux de l'équipe si le Canadien devait remporter la coupe, cette année.»

À son retour à Montréal, Brisebois a été estomaqué de voir combien le public peut être friand de hockey. Il l'avait quelque peu oublié durant son séjour au Colorado.

«Ça ne se compare à aucune autre ville, a-t-il affirmé. C'est pourquoi j'aime le slogan La ville est hockey. Ça traduit bien l'importance de ce sport pour les Québécois.»


Vidéos

Photos