Les Roy dans la tourmente

Indiscipline

Après sa bagarre avec Nadeau, Jonathan Roy a ensuite nargué la foule avec un doigt d'honneur. © LA PRESSE CANADIENNE

François Ferland
Le Journal de Montréal

Le comité de discipline de la Ligue de hockey junior majeur du Québec sera à pied d'oeuvre aujourd'hui, en rapport avec les incidents qui se sont produits samedi au centre Georges-Vézina de Chicoutimi, lors de la deuxième rencontre de la huitième de finale entre les Saguenéens et les Remparts de Québec, et le commissaire Gilles Courteau a indiqué que les décisions devraient être annoncées en soirée.

Vu la gravité des événements, le travail du comité de discipline passera par diverses étapes, comme l'a expliqué Courteau, hier, lors d'un entretien téléphonique.

«Nous aurons recours aux séquences du reportage du match réalisé par la station TQS de Chicoutimi, et à celles tirées de la retransmission par Internet de la rencontre, tant par le réseau Telus que par le réseau privé de la ligue», a énuméré le commissaire.

«Nous aurons également recours aux rapports écrits des deux superviseurs de la ligue qui étaient au match, ainsi qu'à celui des officiels de la rencontre».

«Par la suite, notre comité de discipline s'adressera aux gens impliqués dans cette affaire avec qui il jugera pertinent de le faire.»

La foire

Les incidents en question sont survenus en fin de deuxième période. Des bagarres ont éclaté à la suite d'une bousculade survenue dans un coin du territoire des Remparts.

Durant les bagarres, le gardien de but des Remparts, Jonathan Roy, fils de l'entraîneur en chef Patrick Roy, a quitté son filet et s'est avancé jusqu'au centre de la patinoire en invitant son vis-à-vis, Bobby Nadeau, à se battre.

Le gardien des Remparts a été retenu par l'un des arbitres, mais quand celui-ci a lâché sa surveillance pour s'occuper d'une des batailles qui faisait rage, il a foncé tout droit vers Nadeau.

Dans les instants qui ont précédé ce geste, des caméras braquées sur Patrick Roy l'ont montré jetant un coup d'oeil en direction de la patinoire et faisant un geste de la main en direction de la zone des Saguenéens.

Patrick Roy a cependant nié avoir incité son fils à participer à la mêlée.

Jonathan Roy s'est ensuite jeté sur Nadeau, qui était resté dans son demi-cercle, refusant de se battre, et il l'a roué de coups.

Roy a ensuite nargué la foule avec un doigt d'honneur, puis il a été impliqué dans une autre bagarre au centre de la glace avec Sébastien Rioux.

Le gardien des Remparts a finalement écopé d'une mineure, de deux majeures et de deux extrêmes inconduites de match.

Au total, 120 minutes de punitions ont été imposées.

Roy a appelé Courteau

Patrick Roy a appelé Gilles Courteau après le match, mais ce dernier, qui était à Rouyn- Noranda pendant ce temps, a refusé de révéler quoi que ce soit de la conversation.

«C'est une réaction fréquente de la part des entraîneurs à la suite d'incidents», s'est-il limité à dire.

La série Québec-Chicoutimi s'annonçait orageuse, compte tenu de la rivalité entre les deux équipes et les deux villes, et aussi des nombreux incidents qui ont marqué nombre d'affrontements précédents, et Patrick Roy est régulièrement visé quand on parle des éléments qui mettent le feu aux poudres.

Gilles Courteau a cependant tenu un langage prudent sur la question.

«La présence de Patrick Roy attire toujours une plus grande attention de la part des médias».

«Quand une amende lui est imposée, on dit qu'il s'en tire à bon compte, mais je dois prendre en considération ce qui se passerait avec tout autre entraîneur relativement à des situations semblables à celles impliquant Roy».

«Notre marge de manoeuvre n'est pas plus fragile que d'habitude quand nous avons à imposer des sanctions dans des cas touchant Roy».

«Nous sommes très contents que Roy fasse partie de notre ligue quand ça va bien, alors nous devons vivre avec les éléments négatifs pouvant le concerner.»

La série Saguenéens-Remparts reprendra demain soir au Colisée Pepsi de Québec.


Vidéos

Photos