«On ne peut pas gagner quand on a peur de la rondelle» - Alex Kovalev

Hockey

 

Dave Lévesque

Il ne fallait pas aller plus loin que dans le vestiaire du Canadien pour voir les fantômes du Centre Bell, hier soir, puisque le lieu était presque désert après la défaite, la plupart des joueurs s'étant réfugiés dans le gymnase.

Alex Kovalev n'a pas mis de gants blancs pour analyser le match.

«On ne peut pas gagner quand on a peur de la rondelle, on ne peut pas faire de bons jeux.»

«On n'arrive à rien quand on ne joue pas avec confiance, a poursuivi l'attaquant russe. Ce soir, nous avons obtenu beaucoup de tirs, mais ils venaient de l'extérieur. Nous avons essayé de faire dans la dentelle, mais à ce temps-ci de la saison, ça ne fonctionne plus.»

Avant lui, Saku Koivu avait tenu des propos similaires.

«Nous sommes sortis à plat et nous avons commis des erreurs. Il ne faut pas paniquer, mais il faut aller au fond des choses pour trouver ce qui ne va pas», a commenté le capitaine.

L'adversaire arrive préparé

Le Canadien vit aussi avec la réalité d'une équipe qui se trouve au plus fort de la lutte au sommet de son association.

«Les choses sont différentes quand on se trouve au haut du classement, a observé Kovalev. Les équipes arrivent préparées et jouent plus dur.»

«C'est une équipe qui est efficace et qui en donne peu», a pour sa part soutenu Koivu en parlant des Blue Jackets.

Alex Kovalev croit également que le Canadien essaie d'en faire trop devant ses partisans.

«À l'extérieur, nous jouons plus simplement et nous n'essayons pas d'impressionner nos amis et les partisans», a reconnu celui qui a terminé sa soirée de travail avec un différentiel de -3.

Ils la voulait pour Gainey

Les quelques joueurs qui ont rencontré les médias étaient visiblement déçus d'avoir échappé ce match disputé après l'hommage rendu à leur patron, Bob Gainey.

«Il y avait beaucoup d'émotion quand nous l'avons vu arriver sur la patinoire avec son équipement. Nous aurions voulu en faire une soirée spéciale», a bredouillé Mike Komisarek.

«Il y avait beaucoup d'émotion, c'est décevant», s'est contenté de dire Koivu.

Plus loin, Steve Bégin aurait lui aussi aimé voir la partie se terminer sur une note positive.

«C'est toujours décevant de perdre un match hommage, surtout dans ce cas-ci parce qu'on aurait voulu le gagner pour Bob», a reconnu l'ailier gauche.


Vidéos

Photos