L'intimidant monsieur respect

Hockey

 

Jacques Demers

Comme 13 autres joueurs avant lui, Bob Gainey a été honoré par l'organisation du Canadien, hier, son fameux chandail no 23 ayant été retiré à tout jamais.

C'est un honneur pleinement mérité pour celui qui a été un joueur et un capitaine exemplaire. Cet hommage n'a rien à voir avec le fait que Gainey est le directeur général de l'équipe. Ce n'est pas une faveur qu'on a faite au boss. Pas du tout. C'est plutôt l'ancien joueur, ce spécialiste des missions défensives, ce leader incroyable, ce combattant modèle et ce gagnant ultime qu'on a honoré.

Je ne connais pas beaucoup Bob Gainey. D'ailleurs, très peu de gens peuvent affirmer qu'ils le connaissent bien. Gainey est un homme très réservé, distant même, et difficile à saisir.

Pour une raison que je n'arrive toujours pas à élucider, je fige lorsque je rencontre le directeur général de l'équipe dans les corridors du Centre Bell. Je crois que je suis un peu intimidé par sa présence. Le grand Jean Béliveau me fait le même effet. C'est peut-être à cause de mon admiration pour tout ce qu'ils ont accompli comme athlètes et comme individus. Chose certaine, les deux hommes m'inspirent un très grand respect. Je crois que c'est ça : Bob Gainey, pour moi, c'est monsieur respect.

Au cours des derniers jours, j'ai fait ma petite enquête auprès de certains employés du Canadien pour savoir si Gainey était aussi difficile d'approche pour eux qu'il l'est pour moi. Or, j'ai découvert une autre personne par le biais de ses collaborateurs.

Selon ce qu'on me raconte, le directeur général de l'équipe est un homme chaleureux, attentionné et courtois. On me dit qu'il crée une très belle ambiance de travail dans les bureaux et qu'on adore travailler pour et avec lui.

Vous et moi, nous ne connaissons que l'homme public, celui qui est plus froid, plus timide, plus distant. Et c'est malheureux.

Cela dit, chapeau à Bob Gainey qui est devenu un autre immortel de la grande famille du Tricolore.

Les nerfs, les nerfs

On a fait grand état depuis mardi de la remontée historique qui a permis au Canadien de remporter une victoire de 6 à 5 aux dépens des Rangers de New York après avoir tiré de l'arrière 0 à 5.

Si cette remontée a excité les amateurs et les observateurs, elle m'a laissé plutôt froid. D'accord, le Canadien n'a pas abandonné, mais où étaient les joueurs au cours des 30 premières minutes de jeu ? Cette victoire a été spectaculaire, j'en conviens, mais à ce stade-ci de la saison, on va perdre beaucoup plus souvent qu'on va gagner si on décide de ne jouer que 30 minutes par rencontre.

La Coupe en... 2010

Bougera, bougera pas : que fera le Canadien d'ici à l'heure limite des transactions, qui a été fixée à 15h mardi?

Selon moi, il va y avoir du mouvement dans la LNH, mais le Canadien ne sera pas un joueur actif. Pourquoi ?

Parce que Bob Gainey ne veut pas hypothéquer l'avenir de son organisation en cédant de bons jeunes joueurs qui sont courtisés par les autres formations.

La situation est tentante. Selon certains, le Canadien n'est qu'à un Marian Hossa ou un Mats Sundin près d'être un très sérieux prétendant à la coupe Stanley. C'est une façon de voir les choses.

Personnellement, avec tout le jeune talent qui foisonne, je vois le Canadien aspirer aux grands honneurs dans un horizon de deux ans. Pour être plus précis, je crois que le Tricolore sera parmi les équipes favorites à partir de 2010, et ce, pour plusieurs années consécutives. Or, ça ne sert à rien de déplumer les réserves maintenant et de compromettre cinq ou six très bonnes saisons de hockey par la suite.

Il est vrai que le Canadien a sérieusement regardé du côté d'Alex Tanguay à Calgary et qu'il a peut-être eu des discussions avec les Thrashers d'Atlanta concernant Marian Hossa (ce dernier se retrouvera à San Jose selon moi). Mais je ne crois pas que Gainey ira de l'avant dans ces dossiers, considérant le prix à payer...

Et puis on a vu l'an dernier ce que la location d'un joueur, dit d'impact, avait donné avec Peter Forsberg (Nashville), Keith Tkachuk (Atlanta) et Bill Guerin (San Jose).

Je crois que parfois, on est mieux de se garder une petite gêne et de passer son tour !

Propos recueillis par Mario Leclerc

* * *

Mes 3 ÉTOILES

Roberto Luongo : il a réalisé 51 arrêts dans un gain contre Nashville.

Alex Tanguay : il connaît de très bons moments avec les Flames.

Paul Stastny : il a effectué un retour en force dans l'uniforme de l'Avalanche.

MA DÉCEPTION

Les Sharks de San Jose, qui sont remplis de talent mais qui n'arrivent plus à gagner (une victoire en six matchs).


Vidéos

Photos