«Erik est dans le coup» - Paul Kristofic

Ski

 

Mario Brisebois

Erik Guay a encore été explosif aux entraînements chronométrés en prévision de la descente de Coupe du monde de Bormio qui a lieu ce matin en Italie.

Après avoir enregistré le meilleur temps jeudi, le skieur de Mont-Tremblant est demeuré l'un des plus rapides, hier, en se classant troisième.

Avec son résultat de 2 minutes 1,69 seconde, Guay a terminé à quarante et à vingt centièmes du Slovène Andrej Jerman et de l'Autrichien Klaus Kroell, respectivement.

«Je suis évidemment très satisfait du travail d'Erik ces deux derniers jours. Il est dans le coup pour la course», a mentionné l'entraîneur en chef du Canada, Paul Kristofic, joint à l'hôtel de l'équipe.

Guay a de nouveau été efficace surtout dans la première moitié du tracé.

«Il ne reste que de petits ajustements à apporter dans certaines sections. Je suis d'ailleurs dans la salle vidéo en compagnie d'Erik à faire l'analyse de la descente», de préciser Kristofic.

À ses deux précédentes sorties à Val Gardena avant Noël, Guay avait terminé cinquième en super-G et quatrième en descente.

Un test à tous les égards

La piste de Bormio est considérée comme l'une des plus sélectives du circuit de la Coupe du monde.

«Il y a de tout sur ce tracé: de la haute vitesse, des sauts et des passages glacés par injection d'eau. Il faut travailler du début à la fin et c'est une longue course. Les gars sont morts de fatigue au fil d'arrivée», souligne Kristofic.

«Comme il faut tout pour réussir ici, Erik est en affaires, ayant repris la maîtrise de son ski depuis quelque temps», d'ajouter Kristofic au sujet du quintuple médaillé au cirque blanc l'hiver dernier en quête d'un premier podium en 2007-2008.

Parmi les autres grandes pointures, Michael Walchhofer, Bode Miller et Hermann Maier ont terminé cinquième, septième et 12e.

Manuel Osborne-Paradis, de Vancouver, a obtenu le 12e chrono, Jan Hudec, de Calgary, le 22e, à plus d'une seconde de Guay dans les deux cas.

John Kucera, de Calgary, n'a pas terminé l'entraînement.

«Il a été disqualifié après avoir raté une porte en s'y présentant avec la mauvaise trajectoire. La moindre erreur est punie ici», conclut Paul Kristofic.


Vidéos

Photos