10 questions pour commencer...

Hockey

Le camp d'entraînement du Canadien s'amorce ce matin par la traditionnelle journée réservée aux examens physiques et médicaux au Centre Bell. 

Pierre Durocher
Journal de Montréal

Enfin, ça commence. Le camp d'entraînement du Canadien s'amorce ce matin par la traditionnelle journée réservée aux examens physiques et médicaux au Centre Bell. Au total, 62 joueurs seront sur place.

Après trois jours d'entraînement au Sportplexe 4 Glaces de Pierrefonds, un calendrier fort chargé attendra l'équipe, la semaine prochaine, alors que six parties préparatoires seront au menu.

Ces matchs disputés sur une période de sept jours seulement permettront aux dirigeants du Canadien de se faire rapidement une idée au sujet de l'équipe qui sera envoyée sur la glace pour la première rencontre du calendrier régulier qui aura lieu le 3 octobre à Raleigh, en Caroline du Nord.

Il y aura d'intéressantes batailles à ce camp d'entraînement à cause de l'émergence de bons jeunes joueurs qui ont fait leurs preuves avec les Bulldogs de Hamilton, champions de la Ligue américaine.

À notre avis, il sera difficile pour le Canadien de se tailler une place dans les séries éliminatoires à cause de son manque de punch à l'attaque. Attendez-vous à voir souvent des matchs qui se termineront par des scores de 3 à 2 ou de 2 à 1.

On a pensé vous offrir, ce matin, une série de dix questions que se posent amateurs et journalistes à l'ouverture du camp du Canadien, et de vous offrir les réponses les plus honnêtes possible. Alors, on part la machine...

1. Carey Price est-il prêt à jouer dans la ligue nationale?

On croit que oui. Ce jeune homme de 20 ans représente vraisemblablement un athlète d'exception. En aidant les Bulldogs à remporter la coupe Calder, le printemps dernier, Price a acquis l'expérience nécessaire dans la Ligue américaine pour accéder à un autre niveau. Mais connaissant bien la philosophie des dirigeants du Canadien, il faut prévoir que Price amorcera la saison à Hamilton. Il est préférable pour eux que Jaroslav Halak serve d'adjoint à Cristobal Huet. Bob Gainey ne veut pas prendre le risque de brûler Price. Il faut être prudent avec un jeune gardien. On ne peut pas comparer la situation de Price avec celle de Patrick Roy en 1985, car le Canadien de cette époque formait une bien meilleure équipe que celle d'aujourd'hui. Roy avait des défenseurs comme Larry Robinson, Chris Chelios, Petr Svoboda et Rick Green devant lui. Mais la pression sera forte sur les épaules de Guy Carbonneau. Il doit gagner rapidement et, si le Canadien juge que Price peut faire la différence, il ne restera pas longtemps à Hamilton. La seule chance de Price de commencer la saison à Montréal est d'éclipser totalement Huet lors des matchs préparatoires.

2. de quoi aura l'air l'attaque massive sans Sheldon Souray et son fameux tir frappé?

C'est parfois difficile à croire, mais le Canadien a terminé au premier rang dans la LNH, la saison dernière, avec un taux de réussite de 22,8 pour cent lorsqu'il jouait en supériorité numérique. Les 19 buts que Souray a réussis lors d'attaques massives vont beaucoup manquer au Canadien. Roman Hamrlik et Patrice Brisebois ne pourront pas combler cette production perdue. Le Tricolore a perdu sa meilleure arme à l'attaque.

3. Qui assumera le leadership perdu avec le départ de Souray et de Craig Rivet?

Voilà une question à laquelle il est difficile de répondre. Souray en menait large dans le vestiaire. Il pouvait être intimidant. Rivet imposait aussi le respect. Il va falloir que des jeunes comme Chris Higgins et Mike Komisarek prennent plus de place dans le vestiaire. Ils possèdent les qualités nécessaires pour être de jeunes leaders.

4. Peut-on parler d'une saison cruciale pour Saku Koivu?

Oui. Koivu en a marre de faire partie d'une équipe qui tourne en rond. Le capitaine ne rajeunit pas et son rêve de gagner la Coupe Stanley devient un besoin de plus en plus pressant. Si, au mois de février, le Canadien n'est pas en bonne position pour participer aux séries, il ne faudrait pas se surprendre que Koivu soit échangé.

5. À quoi faut-il s'attendre de la part de Patrice Brisebois?

Son retour chez le Tricolore au cours de l'été a pris tout le monde par surprise. On croyait bien que Brisebois avait fait une croix à jamais sur Montréal, lui qui avait déclaré à un journaliste à son arrivée à Denver qu'il voulait jouer le plus loin possible de Montréal. Il n'a disputé que 33 matchs avec l'Avalanche la saison dernière. Si son dos tient le coup, il pourra aider le Canadien. Mais les avis sont partagés à savoir s'il sera le quatrième, le cinquième, le sixième ou même le septième défenseur de l'équipe. On peut se demander aussi comment la foule du Centre Bell réagira à l'endroit de Brisebois.

6. Qui jouera aux côtés de Roman Hamrlik?

Le Canadien a payé le gros prix (un contrat de quatre ans pour 22 millions) afin d'amener Roman Hamrlik à Montréal, question de boucher le trou causé par le départ de Souray. On sait que Carbonneau tient à garder intacte sa première paire de défenseurs composée d'Andrei Markov et de Komisarek. Alors, qui jouera à la droite de Hamrlik dans la deuxième paire ? Ça pourrait être Brisebois, comme Bouillon, Dandenault, Streit ou la recrue Ryan O'Byrne. On fournira à ce dernier, un défenseur de six pieds et cinq pouces, toutes les chances de commencer la saison à Montréal. Pour le poste de septième défenseur, il faudra aussi garder à l'oeil Mathieu Biron et Jean-Philippe Côté. Carbonneau a aussi mentionné le nom du vétéran Jamie Rivers.

7. Carbonneau sera-t-il capable de relancer Alex Kovalev?

Aux yeux de plusieurs observateurs, Kovalev représente un cas désespéré. Personnellement, je garde un mince espoir de le voir rebondir après une mauvaise saison. C'est sa dernière chance à Montréal. Quand il veut se donner la peine de jouer, Kovalev est capable de réaliser de belles choses. Carbonneau doit trouver une façon de le rendre heureux, de bien l'entourer, afin qu'il se sente important pour l'équipe. Mais Kovalev devra y mettre du sien. À lui de se prendre en main et de passer de la parole aux actes. Un bon match sur cinq n'est pas suffisant, mon cher Alex. Grouille-toé le derrière, comme on dit en bon québécois...

8. Qui seront les ailiers de Brian Smolinski?

Le Canadien a décidé de miser sur le vétéran Bryan Smolinski pour combler le départ de Radek Bonk. On en parle comme étant un leader, mais comment expliquer que Smolinski en soit à sa huitième équipe dans la LNH ? À vrai dire, le troisième trio a été effacé au complet puisque Bonk, Mike Johnson et Alexander Perezhogin sont partis. Andrei Kostitsyn devrait logiquement se retrouver au sein de cette ligne d'attaque, mais ça pourrait aussi bien être deux joueurs robustes à caractère défensif. Tom Kostopoulos et Steve Bégin sont des candidats. Le quatrième trio pourrait être composé de Kyle Chipchura au centre avec Maxim Lapierre qui déménagerait à l'aile. Il faudra aussi surveiller Mikhail Grabovski au camp, de même que les Janne Lahti, Jonathan Ferland, Sergei Kostitsyn et Matt D'Agostini. Chose certaine, ça prend du sang neuf à l'attaque. Garth Murray sera probablement offert au ballottage.

9. Qui sera au centre de la prochaine controverse à éclater chez le Canadien?

Il ne se passe jamais une saison sans qu'une controverse ou deux éclate chez le Canadien. La prochaine campagne ne devrait pas être différente des autres. Kovalev n'a pas demandé à être échangé au cours de l'été, mais il pourrait bien le faire cette saison si les relations avec Carbonneau ne s'améliorent pas. Kovalev n'a pas beaucoup d'alliés dans le vestiaire. Mathieu Dandenault est un autre vétéran qui risque d'être malheureux et qui pourrait réclamer une transaction tôt ou tard.

10. À quel rang voit-on le Canadien terminer la saison?

Il est toujours difficile de répondre à cette question au mois de septembre quand tellement de choses peuvent se produire au cours d'une saison. À l'heure actuelle, il faut admettre qu'on voit au moins dix équipes dans l'Est qui nous apparaissent meilleures sur papier que le Canadien. Mais qui sait si Carey Price ne viendra pas jouer les sauveurs en deuxième moitié de saison ? Tout est possible dans le merveilleux monde du sport. Partisans du Canadien, allumez vos lampions !


Vidéos

Photos