Un dernier hommage au grand Sam Pollock

Hockey

Dickie Moore et Jean Béliveau ont assisté à la messe commémorative, à North Hatley. ©(Photo PC/Peter McCabe)

Mario Brisebois
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 21-08-2007 | 11h46

Jean Béliveau, Dickie Moore, Scotty Bowman, Claude Ruel, le sénateur Frank Mahovlich et Douglas Kinnear, longtemps médecin de l'équipe, sont les anciens du Canadien qui ont assisté, hier, à une messe commémorative en hommage à Sam Pollock, en l'église Sainte-Élisabeth de North Hatley.

Aussi sur Canoe.ca
Né à Montréal le 15 décembre 1925, Samuel Patterson Smyth Pollock est décédé mercredi dernier à Toronto.

Son épouse Mimi, ses trois enfants, Mary, Sam et Rachel, de même que ses sept petits-enfants étaient aussi de la cérémonie religieuse, en compagnie de nombreux concitoyens.

La célébration a été simple, soit à l'image du directeur général qui a donné dix coupes Stanley au Canadien.

«Sam Pollock, que j'ai eu l'occasion de rencontrer à maintes reprises en trente ans, m'a toujours dit que ce n'était pas important d'être reconnu. Il ne voulait pas de monument, ni de médaille, mais une simple messe comme pour un simple paroissien», a révélé, hier, Lucien Vachon, curé de Sainte-Élisabeth, et le célébrant.

Discret, même dans la maladie

Gagnant de dix coupes Stanley à la tête du Canadien, M. Pollock demeurait à Toronto où il est décédé, mais revenait toujours à Norh Hatley, son havre de paix, où il possédait une résidence depuis le milieu des années 1970.

Il a succombé à un cancer du pancréas, lui qui n'avait jamais cessé d'être actif, même à 81 ans.

«Sam a manqué sa première réunion du conseil chez Brookfield, il y a à peine trois semaines. Cela faisait quatre ou cinq mois que je savais qu'il était malade, mais probablement que les proches à son bureau ne se doutaient de rien, lorsqu'on connaît sa très grande discrétion», raconte Jean Béliveau

Après ses années de gloire avec le Canadien, Pollock est devenu président des Blue Jays de Toronto et a connu d'énormes succès en affaires.

«Sam était un travailleur infatigable et également une personne très brillante», ajoute Béliveau.

Le Casey Stengel du baseball

Frank Mahovlich a vanté les mérites du disparu.

«Sam savait comme personne réunir les éléments pour former une équipe championne au hockey et au baseball. Il en va de même pour le monde des affaires», a déclaré le sénateur à Ottawa.

L'ancien numéro 27 a aussi parlé de Sam Pollock comme d'une légende: «Sam est au hockey ce que Casey Stengel a été pour le baseball.»

Même générosité pour la collectivité

De nombreux voisins de Sam Pollock à North Hatley étaient présents pour lui rendre un dernier hommage.

«Monsieur Pollock a été un citoyen comme dans le sport et les affaires: direct et généreux», déclare le maire Stephan Doré.

«Notre population lui doit le prolongement de l'église Sainte-Élisabeth, la foire annuelle d'antiquées pour financer les activités culturelles et autres implications, toujours à des fins communautaires et non pas personnelles, ce qui l'honore», a ajouté le premier magistrat.

  • Un service funéraire strictement réservé à la famille suivra, ce matin, en l'église Saint-Larazus, toujours à North Hatley.

  • La famille Pollock recevra les condoléances entre 15h et 17h au Manoir Hovey.


  • Vidéos

    Photos