«Je suis en position de gagner» - Tiger Woods

Golf

 

André Rousseau
Journal de Montréal

OAKMONT, Pennsylvanie | Tiger Woods a donné une clinique de golf hier après-midi et il aurait très bien pu jouer 65 ou 66 avec un peu plus de veine sur les verts.

Déçu d'avoir commis son premier bogey de la journée au 18e trou, il s'est accroupi à la Arnold Palmer avant de pousser la balle dans le trou pour un score de 69.

"J'ai bien contrôlé la balle durant toute la journée, que ce soit dans les airs ou sur le vert, a déclaré Tiger avant de quitter les lieux. Je ne voulais pas terminer avec un bogey, mais j'ai raté mon coup de départ. Je suis toutefois content dans l'ensemble, même si mon score aurait pu être plus bas. Il est vrai que j'ai raté de peu quelques coups roulés, mais ce terrain ne te permet pas de réussir beaucoup de birdies.

« Je suis exactement où je dois être après 54 trous. Je suis en position de gagner et c'est tout ce que je voulais. Mon expérience dans ce genre de situation joue certainement en ma faveur, mais je devrai continuer à être patient sur ce genre de parcours.» Been there, done that.

Tiger était satisfait des conditions de jeu en troisième ronde parce qu'il était possible de faire arrêter la balle avec un fer 6 ou un fer 7. Il a donc rendu hommage aux responsables du tournoi.

Quand on lui a demandé s'il pourrait un jour dessiner un parcours semblable, il a répondu avec un large sourire: «Jamais de la vie. Je n'aurais aucun membre!»

Le favori local, Jim Furyk, était très heureux après avoir obtenu des birdies sur les deux derniers trous. Il a ainsi joué la normale pour s'approcher des meneurs.

«Je n'ai pas encore consulté le tableau, mais il est évident que Tiger sera l'homme à battre, a-t-il dit. Il y a plusieurs bons joueurs dans la course et on ne sait jamais ce qui peut se produire en dernière ronde. On en a eu la preuve l'an passé lorsque Geoff Ogilvy s'est sauvé avec la victoire.»

Les commentateurs à la télévision américaine ont vraiment le sens de l'exagération. Ils s'exclament pour tout et pour rien. Ils ont aussi un préjugé très favorable pour Tiger Woods. Heureusement qu'il y a Johnny Miller pour mettre les pendules à l'heure et garder les choses en perspective.

L'Omnium des États-Unis sera présenté au club Torrey Pines de San Diego, l'an prochain. Il se déroulera ensuite à Bethpage (New York) en 2009 et à Pebble Beach (Californie) en 2010.

Bonne fête des pères

Il arrive assez souvent que l'Omnium des États-Unis coïncide avec la fête des Pères, tout comme la finale du Masters se déroule parfois le dimanche de Pâques. Ainsi va la vie!

Au début de la semaine, une consoeur journaliste a demandé à Arnold Palmer si, à 77 ans, la fête des Pères avait encore une certaine signification à ses yeux.

"Bien sûr que oui, a répondu le King. Cette fête me rejoint parce que mon père m'a enseigné tout ce que je sais. Il n'y avait pas de barrière entre nous. Il était dur, exigeant et pouvait pardonner, mais pas au point de me laisser faire tout ce que je voulais.

"Je suis chanceux d'avoir eu un père comme le mien. Il m'a encouragé à jouer au golf et à faire carrière, mais pas de n'importe quelle manière. Il tenait à ce que je sois intègre et honnête. Il m'a aussi fait comprendre que le golf était un jeu et de toujours garder ça en mémoire, même chez les professionnels.

«Bien sûr, on peut viser la victoire, mais il faut le faire dans l'honneur et la dignité. Il faut aussi savoir que la victoire ne vient pas facilement. Il faut trimer dur pour l'obtenir», a-t-il conclu.

Ceux qui, comme moi, ont un fils qui pratique le golf comprennent très bien les propos de M. Palmer.

Ils savent aussi qu'il est plaisant de voir fiston suivre ses traces et frapper la balle 100 verges plus loin... même si ça donne un coup de vieux!

Yellow Submarine

En l'espace de 24 heures, le coloré Ian Poulter était passé de la Panthère rose à Yellow Submarine. Comme il est grand et mince, il peut porter n'importe quoi et il ne se gêne pas pour nous en mettre plein la vue!

La plupart des bénévoles et des représentants de la USGA sont très gentils et toujours prêts à collaborer. Il y en a cependant qui prennent leur rôle un peu trop au sérieux. C'est un peu comme dans la police !

Vijay Singh, le mal-aimé de la PGA, a réussi un coup exceptionnel près de la forêt, au premier trou, et il a sauvé la normale. Ce gars-là sait quoi faire avec un bâton de golf.

Ken Duke, un golfeur de la Floride, a soulevé la foule avec un roulé d'une cinquantaine de pieds pour le birdie au 8e trou.


Vidéos

Photos