Les Ducks sont rois!

Coupe

Les joueurs des Ducks posent avec le convoité trophée. ©(Photo AP)

Martin Leclerc
Le Journal de Montréal

Dernière mise à jour: 07-06-2007 | 17h25

Quand Lord Stanley a acquis sa coupe au coût de 51,10$ en 1892, il était bien loin de se douter qu'elle défilerait un jour sous les palmiers de la Californie. C'est pourtant ce qui surviendra au cours des prochaines heures.

Aussi sur Canoe.ca
À lire également:
La coupe à Sorel!

TABLEAU DES SÉRIES:
La grande finale

GALERIE D'IMAGES

BLOGUE:
Les Ducks champions

Profitant d'un tir de punition raté, de quelques déviations chanceuses et d'une magistrale bévue des Sénateurs, qui ont trouvé le moyen de marquer dans leur propre filet, les Ducks d'Anaheim ont scellé la finale de la coupe Stanley par une victoire de 6 à 2 hier soir. Ils ont ainsi remporté l'ultime série en cinq matchs.

L'équipe d'Anaheim est ainsi devenue la 19e formation de l'histoire - la première basée en Californie - à graver son nom sur le plus prestigieux trophée du hockey.

En matinée, le capitaine des Sénateurs, Daniel Alfredsson, avait déclaré qu'il ne pouvait imaginer que la finale puisse prendre fin en cinq matchs. Et ce n'est certainement pas à cause de lui que son équipe se retrouve en vacances ce matin.

En deuxième période, alors que les Ducks détenaient une avance de 2 à 0 (des buts de Andy McDonald et de Rob Niedermayer), le Suédois a complété une attaque qu'il avait lui-même amorcée en déjouant Jean-Sébastien Giguère d'un tir des poignets décoché de l'enclave.

Monumentale bévue

Les Sénateurs, soudainement dominants, semblaient préparer un intéressant retour quand le ciel leur est tombé sur la tête.

Parti quérir la rondelle derrière son filet, le défenseur Chris Phillips s'y est retrouvé avec son gardien Ray Emery.

En tentant de repartir avec le disque, Phillips l'a glissé entre les patins d'Emery, qui l'a ensuite involontairement poussé dans son filet.

Alors que les carottes semblaient cuites, à 17 minutes 38 secondes, Alfredsson a trouvé le moyen de marquer en infériorité numérique après avoir récupéré la rondelle à sa propre ligne bleue. Malgré les accrochages répétés de Ryan Getzlaf, il a déjoué Giguère sur un tir haut.

Tirant de l'arrière par un seul but, les Sénateurs n'ont cependant jamais eu la chance de retrouver leur entrain.

Beauchemin pave la voie...

Seulement 60 secondes après le but d'Alfredsson, François Beauchemin a inscrit le plus important but de sa carrière, en supériorité numérique, sur un puissant tir de la pointe qui a accidentellement dévié sur le défenseur Anton Volchenkov.

Menés 4 à 2, les pauvres Sénateurs ne s'en sont jamais remis. En troisième, Travis Moen a inscrit un cinquième but en faisant dévier un tir de Scott Niedermayer, puis Corey Perry a ajouté l'insulte à l'injure à trois minutes de la fin.

Cette série a donc pris fin exactement comme elle avant commencé, c'est-à-dire avec une contribution offensive importante du trio défensif des Ducks.

Moen, Rob Niedermayer et Samuel Pahlsson ont réussi trois des cinq buts des nouveaux champions de la coupe Stanley. Pendant ce temps, le meilleur centre et le meilleur ailier gauche des Sénateurs, Jason Spezza et Dany Heatley, n'ont récolté aucun tir au filet.

Les Sénateurs auraient pu profiter d'un tir de pénalité accordé à Antoine Vermette (victime d'un accrochage flagrant de Todd Marchant) pour réduire la marque à la mi-période. Ce dernier n'est toutefois pas parvenu à tromper la vigilance de Giguère.

Oui, cette série a pris fin comme elle avait commencé. Les Ducks, à l'exception de quelques passages à vide, l'ont dominée du début à la fin.


Vidéos

Photos