Maurice Filion est secoué

Décès

 

Stéphane Cadorette

Ancien porte-couleurs des Canadiens de Montréal et des Nordiques de Québec, l'ex-gardien de but Michel Plasse est décédé des suites d'un arrêt cardiaque, hier matin, au plus grand désarroi de l'un de ses anciens patrons, Maurice Filion.

Michel Plasse était âgé de 58 ans lorsqu'il est s'est éteint subitement. Il s'est avéré le tout premier choix au repêchage amateur de la LNH en 1968, par le Canadien. En plus de Montréal et Québec, il a évolué à Saint-Louis, Kansas City, Pittsburgh et au Colorado, dans la Ligue nationale.

Filion, ancien entraîneur en chef et directeur-gérant du Fleurdelisé, a côtoyé Plasse à deux reprises durant sa carrière.

«Je me souviendrai surtout des années où je l'ai dirigé chez les Rangers de Drummondville, au milieu des années 1960, dans la Ligue junior A du Québec. Il a été un bon gardien pour nous et il m'a rendu de fiers services. Il n'a pas été un grand gardien dans la LNH, mais il a eu une superbe carrière junior», se souvient Filion.

«Ce qui me chagrine le plus est qu'on avait prévu une réunion des anciens Rangers l'été prochain et qu'il n'y sera pas. Il y a aussi le fait que son décès survient pendant le temps des Fêtes. C'est toujours plus dur à digérer», a-t-il enchaîné.

Chez les Nordiques

Maurice Filion a aussi dirigé Michel Plasse quand ses services ont été obtenus par les Nordiques. Lors de la saison 1980-81, il a disputé 33 rencontres avec les Bleus, présentant un dossier de 10 victoires, 14 revers et 9 verdicts nuls, avec une moyenne de buts alloués de 3,66. Il a accroché ses patins dès la saison suivante, après avoir refusé une transaction l'envoyant aux Whalers de Hartford.

«À Québec, ça n'a pas fonctionné pour lui, mais il faut dire qu'on n'avait pas vraiment l'équipe pour l'appuyer devant le but. Ça n'enlève rien à son talent et il s'agit d'un athlète que j'ai apprécié de côtoyer», a relaté Filion.

Au-delà de ses qualités athlétiques sur la patinoire, c'est avant tout pour sa personnalité excentrique et sa bonhomie que Maurice Fillion garde de précieux souvenirs de Michel Plasse.

«Michel était tout un boute-en-train! À lui seul, il mettait de l'action dans une chambre de hockey. Il avait toujours quelque chose à dire et il criait beaucoup sur la glace. À sa façon, il était un excellent leader. Il n'avait pas la langue dans sa poche, mais il n'a jamais été blessant pour autant», a souligné Filion.

Au terme de sa carrière de joueur, Michel Plasse s'est impliqué dans le hockey mineur à Pointe-aux-Trembles pendant une douzaine d'années, comme entraîneur et président d'association.


Vidéos

Photos